DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les talibans snobent le gouvernement afghan et imposent leur tempo diplomatique

Les talibans snobent le gouvernement afghan et imposent leur tempo diplomatique
Taille du texte Aa Aa

De Doha à Moscou en passant par Téhéran, les talibans multiplient les négociations sur l'avenir de l'Afghanistan, imposant leur tempo diplomatique tout en ignorant le gouvernement afghan, mis à l'écart des pourparlers de paix de son propre pays.

Au Qatar, les insurgés discutent avec les Etats-Unis, qui veulent retirer au plus vite leurs troupes d'Afghanistan. En Russie, ils s'entretiennent avec l'ex-président Hamid Karzaï, un opposant politique d'Ashraf Ghani. Alors qu'ils ne sont pas encore au pouvoir mais qu'ils expliquent déjà comment ils gouverneront, les talibans sont sollicités par Moscou et Téhéran, ennemis des Etats-Unis, qui cherchent à tisser des liens avec eux, selon des experts.

Seul le gouvernement d'Ashraf Ghani, soutenu militairement et financièrement par les Etats-Unis, est exclu des discussions. Les rebelles, qui le qualifient de "marionnette" de Washington, ont refusé à de multiples reprises des pourparlers directs avec Kaboul.

"La triste ironie de l'histoire est que le gouvernement afghan risque de se voir écarté du scénario de son propre processus de paix", estime l'analyste Michael Kugelman, du Wilson Center, interrogé par l'AFP.

Les Etats-Unis, qui ne cessent de répéter qu'ils veulent amener les talibans à négocier directement avec Kaboul, semblent s'entretenir dans le même temps des modalités de leur retrait avec les seuls insurgés. Les "progrès" qu'ils ont affichés après avoir discuté ensemble pendant six jours en janvier à Doha font craindre aux Afghans que les troupes américaines ne quittent leur pays avant une paix durable.

"C'est un camouflet majeur" pour les autorités afghanes, qui, "sans les Américains", "n'ont pas les moyens de survivre", estime Gilles Dorronsoro, chercheur français spécialiste de l'Afghanistan, interrogé par l'AFP.

Pour le général Joseph Votel, chef du commandement américain au Moyen-Orient, le gouvernement de Kaboul doit être inclus dans les discussions entre les Etats-Unis et les talibans si l'on veut que les efforts en vue d'un accord de paix réussissent.

"Au bout du compte, il faut que nous ayons une discussion entre talibans et Afghanistan", a dit le général Votel à des élus américains. "Ce sont les seuls capables de résoudre les questions-clés".

- Sentiment de trahison -

Une semaine après Doha, les talibans se sont retrouvés mardi à Moscou pour rencontrer certains des plus grands rivaux politiques d'Ashraf Ghani, et ils ont exposé leur vision du pouvoir qu'ils comptent exercer à l'issue d'un accord de paix.

Parmi une longue listes de requêtes, le chef du bureau politique des talibans a réclamé une nouvelle "Constitution islamique" pour l'Afghanistan. Sher Mohammad Abbas Stanikzai a ensuite assuré que les talibans "ne veulent pas le monopole du pouvoir mais un système islamique inclusif".

Ce qui se présente, selon les analystes, comme la première rencontre intra-afghane des discussions en cours a permis aux rivaux du président Ghani, dont son prédécesseur Hamid Karzaï, de saper son leadership avant l'élection présidentielle programmée en juillet.

"A qui parlent-ils ? Où est leur pouvoir exécutif ?" a réagi M. Ghani mardi soir dans un entretien à la télévision afghane Tolo News enregistré dans la journée, qualifiant ces pourparlers de "fantaisistes". "Même si des centaines de ces réunions ont lieu, si elles ne sont pas approuvées par le gouvernement et le parlement ce ne sera qu'un bout de papier inutile".

Plus tard, il a annoncé sur Twitter s'être entretenu avec le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, qui a "souligné l'importance cruciale d'assurer le rôle central du gouvernement afghan dans le processus de paix". "Nous avons tous deux convenu que les mots, les rumeurs et les spéculations ne peuvent pas remplacer les actes et que notre partenariat et notre engagement resteront forts pour parvenir à la paix".

Un sentiment de trahison transpire parmi les membres de l'exécutif à Kaboul: Amrullah Saleh, proche allié de M. Ghani, a dénoncé "une supplique adressée aux terroristes".

- "Humiliation" -

Cet engagement taliban sur la scène diplomatique attire également une foule de puissances rivales, toutes désireuses de voir la fin de la guerre selon leurs propres ambitions stratégiques.

Nombre d'entre elles ont "des intérêts fondamentalement divergents" en Afghanistan, estime Davood Moradian, directeur de l'Institut afghan d'études stratégiques basé à Kaboul.

Selon lui, les Etats-Unis, l'Afghanistan et l'Inde cherchent l'instauration d'une démocratie stable et un rempart contre le terrorisme. Les talibans et le Pakistan, à l'inverse, poussent en faveur de l'établissement d'une autorité islamique à Kaboul.

Un deuxième groupe plus large de "parties légitimement intéressées et de fauteurs de troubles opportunistes" -- comprenant des puissances régionales comme la Russie, la Chine et l'Iran -- ont les yeux rivés sur la diminution de l'influence américaine dans la région, ajoute M. Moradian.

Gilles Dorronsoro estime que les pourparlers entre Américains et talibans, qui devraient reprendre le 25 février, constituent une "reconnaissance" par Washington de sa "défaite" militaire dans le pays.

Avec les projets de retrait en Syrie, "c'est un changement de paradigme", estime-t-il. "Cela montre que les Etats-Unis sont liquidés comme position dominante au Moyen-Orient. Ils n'y reviendront pas".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.