"Il n'y pas d'esclavage en Libye"

"Il n'y pas d'esclavage en Libye"
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Au deuxième jour du 32e sommet de l'Union africaine en Ethiopie, euronews a rencontré le ministre libyen des affaires étrangères et échangé avec lui sur la question migratoire.

PUBLICITÉ

Au deuxième jour du 32e sommet de l'Union africaine à Addis Abeba, en Ethiopie, la question migratoire étaient au coeur des discussions. Euronews a pu rencontrer le ministre des Affaires étrangères lybien et évoquer avec lui cette question majeure. Il a déclaré que son pays faisait son possible pour aider les migrants et nie les allégations d'abus.

"Il n'y a pas d'esclavage en Lybie. Ce n'est pas dans notre religion, ni dans nos lois. Mais certains trafiquants revendent des hommes entre eux. Et nous nous battons contre cela. Nous sommes très heureux que la communauté internationale ait déjà décidé de sanctionner ces trafiquants", a déclaré Mohammad Taha Siala, le ministre lybien des Affaires étrangères.

L'Europe a été à l'avant-garde d'investissement en Afrique pour résoudre ces problèmes migratoires. La banque européenne d'investissements finance des projets depuis des décennies. Son directeur a accordé une interview a euronews.

"L'Afrique est à la croisée des chemins et cela se voit beaucoup. Evidemment des opportunités se présentent et l'on saisit les occasions de relever les défis. Je vois un changement intéressant dans la direction de l'Union africaine. Je constate que beaucoup d'efforts sont faits sur le numérique et la transformation," explique Werner Hoyer.

Ce sommet de deux jours a été aussi marqué par le passage de relais entre le président rwandais Paul Kagame et l'Egyptien Abdel Fattah al- Sissi.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Message de prisonniers dans une carte de Noël: Tesco suspend sa production en Chine

Union africaine: un sommet 2024 entre crises continentales et internationales

No Comment : en Ethiopie, les femmes tigréennes célèbrent l'Ashenda