Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Victor Orban veut lutter contre l'immigration grâce à la natalité

REUTERS/Bernadett Szabo
REUTERS/Bernadett Szabo
Taille du texte Aa Aa

"Faites des enfants pour ne pas accueillir de migrants ! " Tel pourrait être le slogan de campagne de Victor Orban pour les élections européennes de mai 2019. Le leader souverainiste a annoncé, dimanche, des mesures pour favoriser la natalité dans son pays, et lutter contre une immigration, qui est selon lui "une capitulation" face aux problèmes démographiques.

"Défendre l'héritage chrétien"

Dans un discours aux allures de réquisitoire, Victor Orban a prôné la défense des "nations chrétiennes" contre l'immigration, qu'il a associé à la violence.

"À la veille d'élections paneuropéennes, l'Europe a de nouveau atteint le point où nous devons défendre notre identité hongroise, notre héritage chrétien", a-t-il lancé.

Le premier ministre hongrois s'est inquiété "de la baisse continuelle de la part de chrétiens" en Europe et du "remodelage des pays autrefois chrétiens". Il pointe notamment du doigt le milliardaire américain d'origine hongrois Georges Soros, responsable selon lui de l'immigration massive en Europe.

La menace communiste

Ancien opposant libéral au régime communiste hongrois, Victor Orban a agité une menace qui viendrait de la gauche.

"Il y a trente ans, nous pensions que nous avions jeté aux ordures pour de bon la pensée communiste qui avait déclaré la fin des nations, il semble que nous avions tort. De nouveau, ils proclament un monde sans nations, ils veulent des sociétés ouvertes et ils sont là de nouveau, ceux qui veulent balayer nos traditions et inonder nos pays de cultures étrangères". Il poursuit : "la bataille finale (...) la nouvelle citadelle de l'Internationale s'appelle Bruxelles et son outil est l'immigration".

Des mesures pour la natalité

Alors que la Hongrie a l'un des indices de fécondité les plus bas de l'OCDE (1,49 enfants par femme), et que la population est tombée sous la barre symbolique des 10 millions d'habitants, le premier ministre Orban a fait des annonces pour dynamiser la natalité. Il propose :

- Une exonération "à vie" de l'impôt sur le revenu pour les femmes qui donnent naissance et qui élèvent au moins quatre enfants.

- Un prêt à taux réduit de 31 500 € pour les femmes de moins de 40 ans qui se marient pour la première fois ; un tiers de la dette sera annulée à la naissance d'un deuxième enfant et le prêt sera entièrement annulé après le troisième enfant.

- Extension d'un programme de prêts pour aider les familles avec au moins deux enfants à acheter une maison.

- Après la naissance du deuxième enfant, le gouvernement verse 3150 € pour l'hypothèque de la famille, après le troisième enfant, 12580 € et 3150 pour tous les autres enfants.

- Les grands-parents qui gardent leurs petits enfants pourront bénéficier d'aides sociales jusqu'à l'âge de 3 ans.

- Augmentation du nombre de places de maternelle (21 000 nouvelles places d'ici 2022).

- Une subvention de 7862 € pour l'achat d'un véhicule de sept places pour les familles de trois enfants ou plus.

La Hongrie a perdu, en dix ans, un demi-million d'actifs partis travailler dans l'ouest de l'Europe.