EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

UE et Ligue arabe prêchent une coopération renforcée

UE et Ligue arabe prêchent une coopération renforcée
Tous droits réservés REUTERS/Mohamed Abd El Ghany
Tous droits réservés REUTERS/Mohamed Abd El Ghany
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les dirigeants de l'Union européenne et de la Ligue arabe se sont réunis dimanche à Charm el-Cheikh (est de l'Egypte) pour la première fois, sous le signe de la coopération renforcée entre les deux régions voisines.

PUBLICITÉ

Les dirigeants de l'Union européenne et de la Ligue arabe se sont réunis dimanche à Charm el-Cheikh (est de l'Egypte) pour la première fois, sous le signe de la coopération renforcée entre les deux régions voisines.

"Aujourd'hui, nous sommes là pour renforcer notre coopération pour le bénéfice de nos peuples. Nous devons faire cela ensemble et ne pas le laisser à des puissances mondiales loin de notre région", a déclaré le président du Conseil européen Donald Tusk lors de son discours d'ouverture dimanche, dans une allusion à la Chine et à la Russie.

Le sommet intervient à un moment où les Etats-Unis se désengagent de la région, au contraire de la Russie et la Chine, ce qui n'est "pas nécessairement dans notre intérêt", a assuré dimanche à l'AFP une source de l'UE."Nous ne voulons pas voir ce vide (laissé par les Etats-Unis, ndlr) absorbé par la Russie et la Chine", a ajouté une autre source, avant de préciser que les Européens voient le sommet comme une chance de préserver leurs intérêts diplomatiques économiques et de sécurité.

Le dossier des migrations, au cœur des relations entre les deux blocs, a également été abordé par Donald Tusk : "nous devons travailler ensemble, pays d'origine, de transit, et de destination, afin de casser le business model des passeurs et des trafiquants", a-t-il dit.

Pour sa part, l'hôte du sommet, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a estimé que l'immigration n'était "pas un défi" mais un "secteur prometteur de coopération entre nos pays".

En outre, il a souligné la nécessaire collaboration entre les deux rives de la Méditerranée en matière de lutte contre le terrorisme, un sujet dont le président égyptien a fait son cheval de bataille.

"Le danger du terrorisme haineux se propage partout dans le monde (...) et nous avons aujourd'hui plus que jamais besoin de nous dresser ensemble face à ce danger", a-t-il dit lors de son discours d'ouverture dans une grande salle de conférence fraîchement inaugurée.

Au deuxième et dernier jour du sommet lundi, l'accent sera mis plus particulièrement sur les dossiers régionaux dont le Yémen, la Libye, la Syrie ou le processus de paix israélo-palestinien.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Egypte : Al-Sissi vers la présidence à vie

Le nucléaire au secours du réchauffement climatique ?

L'Italie s'apprête à accueillir un sommet avec l'Afrique