DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Venezuela : Juan Guaido veut maintenir la pression sur Nicolas Maduro

Venezuela : Juan Guaido veut maintenir la pression sur Nicolas Maduro
Tous droits réservés
Colombian Presidency via Reuters
Taille du texte Aa Aa

La tension n'est pas retombée à la frontière entre le Venezuela et le Brésil au lendemain des violents affrontements qui ont fait 2 morts. Dimanche, des membres des forces de sécurité brésiliennes ont formé une ligne le long de la frontière pour empêcher les manifestants de s'opposer à la Garde nationale vénézuélienne.

Côté frontière colombienne, sur le pont Simon Bolivar, des opposants à Nicolas Maduro et les forces de l'ordre vénézuéliennes se sont une nouvelle fois affrontés dimanche.

Après l'échec de son opération humanitaire, Juan Guaido, président auto-proclamé du Venezuela, s'est rendu en Colombie pour intensifier la pression internationale sur Maduro malgré une interdiction de sortie du territoire décrétée par la justice de son pays. "Aujourd'hui le Venezuela se lève avec une crise qui aurait pu s'atténuer hier", a déclaré M. Guaido à son arrivée à Bogota dimanche soir.

M. Guaido doit participer lundi dans la capitale colombienne à une réunion du Groupe de Lima. Ce groupe est composé de 14 nations du continent majoritairement hostiles au président Nicolas Maduro, au pouvoir depuis 2013 et dont ses adversaires jugent la réélection frauduleuse.

La réunion, qui se tiendra en présence du vice-président américain Mike Pence, vise à ce que "tous les pays de l'hémisphère" apportent à Juan Guaido leur "soutien le plus fort, nécessaire à la transition au Venezuela", avait déclaré la semaine dernière le président colombien Ivan Duque.

Pour le député d'opposition vénézuélien Julio Borges qui le représentait jusqu'à présent, Juan Guaido "sollicitera un renforcement des pressions diplomatiques et l'usage de la force contre Maduro".

Pour leur part, les partisans de Nicolas Maduro se sont félicités d'être parvenus à bloquer les convois d'aide humanitaire en provenance des Etats-Unis au prix de violents affrontements qui ont fait au moins deux morts et près de 300 blessés : "Pas une camionnette n'est passée", a lâché, ravi, le président de l'Assemblée constituante Diosdado Cabello.

Un cargo d'aide en provenance de Porto Rico a également dû rebrousser chemin sous la menace de la marine vénézuélienne et est arrivé dans la baie de Curaçao dimanche.