DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Premier procès fédéral contre Monsanto aux Etats-Unis

Premier procès fédéral contre Monsanto aux Etats-Unis
@ Copyright :
REUTERS/Mike Blake
Taille du texte Aa Aa

Un nouveau procès contre Monsanto aux Etats-Unis. Edwin Hardeman, californien septuagénaire, a utilisé du désherbant Round up pendant 25 ans dans son jardin. Il y a 3 ans, on lui a diagnostiqué un cancer, un lymphome non-hodgkinien.

Ce procès va devoir déterminer si le Round up a été une cause substantielle de son cancer. Les débats doivent durer environ un mois, peut-être cinq semaines. Le jury américain devra se concentrer sur la responsabilité éventuelle de Monsanto, accusé de mal informer les utilisateurs de son désherbant vedette.

Ce nouveau procès est le premier à s'ouvrir au niveau fédéral américain, et c'est important selon Brent Wisner, l'un des avocats du plaignant :

"Parce que c’est un procès fédéral, c'est vraiment un bon indicateur pour tous les autres cas, il y a environ 1 000 affaires comme celles-ci. Nous allons voir comment est reçue et jugée cette affaire, les deux parties attendent de voir comment va aboutir ce dossier. Il est beaucoup plus compliqué pour le plaignant de gagner au niveau fédéral, mais si on gagne, cela enverra un signal à Monsanto et à Bayer qu'ils ont un gros problème."

Il y a six mois, pour la première fois de l'histoire du géant agrochimique, Monsanto, désormais propriété de Bayer, avait été condamné par un tribunal de San Francisco à verser 289 millions de dollars à Dewayne "Lee" Johnson, un jardinier d'une quarantaine d'années, père de deux enfants et atteint lui aussi d'un lymphome non-hodgkinien.

Une juge avait ensuite toutefois réduit ces sommes à 78,5 millions de dollars, estimant la décision du jury disproportionnée, mais elle n'était pas revenue sur le fond du verdict : à savoir que le Round up avait considérablement contribué au cancer du plaignant et que Monsanto avait sciemment omis d'avertir des risques. Un verdict pour lequel Bayer a fait appel.