DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Pollution plastique, à qui la faute ?"

Plage de New Brighton, près de Liverpool, en Grande-Bretagne
Plage de New Brighton, près de Liverpool, en Grande-Bretagne -
Tous droits réservés
REUTERS/Phil Noble
Taille du texte Aa Aa

"Pollution plastique, à qui la faute ?" Le dernier rapport du Fonds mondial pour la nature est accablant, mais il y a des solutions. L’étude détaille le chemin à suivre pour mettre fin à la pollution plastique dans la nature en 2030.

Aujourd'hui, l'humanité engendre chaque année près de 400 millions de tonnes de déchets plastiques et tous les ans, plus de 100 millions de tonnes se retrouvent dans la nature. La France fait partie des plus gros consommateurs de matières plastiques et est l'un des pires élèves en matière de recyclage du plastique.

Si rien n'est fait, c'est la quantité accumulée dans l’océan qui pourrait doubler d’ici 2030. Elle atteindrait alors 300 millions de tonnes. Face à cette crise globale, WWF espère que les gouvernements négocient un traité international juridiquement contraignant pour stopper cette pollution :

"Il y a une opportunité qui est unique, du 11 au 15 mars, au sommet des nations unies de l'environnement en Afrique, à Nairobi, les Etats vont se réunir pour décider s'ils vont commencer oui ou non la négociation pour un traité pour stopper la pollution plastique. Cela permettra de mettre une urgence nécessaire sur cette pollution qui est un problème mondial et global", explique Ludovic Frère Escoffier de WWF.

L'un des problèmes majeurs, c'est que le plastique n'est pas assez cher, le plastique recyclé ou recyclable bien trop cher en comparaison, nous dit Ludovic Frère Escoffier de WWF :

"Il faut légiférer, il faut réglementer, il faut augmenter les sources de financement pour augmenter la collecte des déchets et arriver à 100 % de collecte et également augmenter le recyclage. Il faut inciter les entreprises d'un point de vue économique sous la forme d'un bonus malus, à aller vers de plus en plus d'utilisation de produits recyclés dans leurs produits".

Au niveau du consommateur, durant le temps de cette transition, WWF incite les consommateurs à télécharger l’application WAG - We Act for Good, qui donne un certain nombre d'informations dans la démarche à suivre pour un mode de vie plus écologique et à avoir de bonnes informations sur les choses à mettre en place pour réduire le plastique.

L’impact de cette pollution plastique sur la biodiversité marine est particulièrement frappant : à ce jour, plus de 270 espèces ont été victimes d’enchevêtrement et plus de 240 ont ingéré du plastique, notamment des phtalates, contaminant ainsi toute la chaîne alimentaire.