Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Brexit : l'Irlande du Nord n'oublie pas son passé sanglant

Brexit : l'Irlande du Nord n'oublie pas son passé sanglant
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Notre envoyé spécial Vincent McAviney s'est rendu à Belfast à la veille du Brexit. Les habitants craignent une résurgence de la violence entre catholiques et protestants dans cette ville d'Irlande du Nord qui n'a pas oublié son passé sanglant.

A chaque coin de rue, des stèles rendent hommage aux victimes de la guerre civile et malgré les nombreux programmes de réconciliation, les murs divisent encore les communautés. Chaque nuit, des portails sont toujours fermés à double tour pour séparer les quartiers.

Mark Neil était déjà chauffeur de taxi durant les pires années du conflit irlandais. Il fait aujourd'hui visiter à ses clients les lieux emblématiques de lutte fratricide qui opposa les deux communautés.

Nous lui avons demandé à quel point il était inquiet de voir les tensions s'exacerber à nouveau à la veille du Brexit.

Mark Neil, chauffeur de taxi : "Les gens sont allés trop loin et ils ne voudront pas rentrer à nouveau dans une période de troubles. Ils voudront le meilleur pour leurs enfants et ils veulent la paix."

Mais cet optimisme n'est pas partagé par tout le monde ici.
L'entreprise de Mark Wylie organise des visites à pied du centre de Belfast. Un tourisme macabre. En cours de route, vous découvrirez les sites des anciennes fusillades ou des attentats les plus meurtriers. Mais récemment les guide ont dû changer le script pour la fin de leur tournée.

Mark Wylie, guide touristique: "Jusqu'à l'année dernière je disais lors de la tournée, qu'on aurait pas de scrutin pour réunifier les deux Irlande avant au moins 20 ans d'autant qu'il y a probablement moins de 30% des gens qui soutenaient jusque-là une réunification de l'Irlande. Mais des sondages réalisés au cours des deux derniers mois montrent qu'en cas de non-accord sur le Brexit, le soutien à la réunification est maintenant supérieur à 50%".

Vincent McAviney, envoyé spécial en Irlande du Nord : "Au cours des deux dernières décennies depuis l'Accord de paix du Vendredi Saint, catholiques et protestants ont travaillé dur pour la réconciliation. Mais ils ont ainsi essayé de montrer ce qu'est l'Irlande du Nord aujourd'hui. C'est notamment l'endroit où le Titanic a été construit, c'était le paquebot de croisière de luxe le plus célèbre de l'histoire. Le chantier est devenu un musée qui attire des visiteurs venus du monde entier.

Et plus loin sur le quai, dans ces entrepôts, c'est là que sont tournés les épisodes de Game of Thrones, l'une des séries télévisée les plus populaires. L'Irlande du Nord est d'ailleurs devenue l'un des moteurs de la production cinématographique et télévisuelle.

Les gens d'ici pensaient qu'un avenir radieux les attendait après la signature des accords de paix. Mais ils sont tous d'accord maintenant pour dire que le Brexit met tout cela en péril et qu'il n'ont pas besoin d'une nouvelle ligne de démarcation".