DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Brexit : seconde défaite humiliante pour Theresa May

Brexit : seconde défaite humiliante pour Theresa May
@ Copyright :
UK Parliament/Jessica Taylor/Handout via REUTERS
Taille du texte Aa Aa

Par 391 voix pour le non et 242 voix pour le oui, les députés britanniques ont rejeté une seconde fois l’accord de divorce avec l’Union européenne, plongeant le Royaume-Uni dans l'incertitude à 17 jour de la date prévue.

Après le vote, Theresa May a répété que cet accord était "le seul et le meilleur possible". La Première ministre a déclaré qu'elle regrettait ce résultat, un nouveau revers à une très large majorité. Les garanties consenties sur l'accord de divorce par les Européens n'ont donc pas eu l'incidence espérée par Theresa May, dont l'avenir ne tient désormais plus qu'à un fil après cette défaite humiliante.

Le chef de l'opposition, le travailliste Jeremy Corbyn a lui considéré que l'accord de Brexit négocié par Theresa May était "mort" et "qu'il était de temps d'organiser de nouvelles élections"... si Theresa May consent à démissionner.

La première mouture de l’accord de divorce avec l'UE avait déjà été largement rejetée le 15 janvier 2019 par la Chambre des communes (432 votes contre et 202 votes pour).

Quelles réactions des Européens ?

Si tôt les résultats connus, le Négociateur en chef de l'Union européenne sur le Brexit, Michel Barnier a réagi sur les réseaux sociaux en indiquant que l'UE a fait "tout ce qu'elle a pu" pour que l'accord soit approuvé.

L'Union européenne serait "prête à considérer" un report de la date du Brexit, si le Royaume-Uni devait en faire une demande "motivée", a déclaré une porte-parole de la Commission européenne.

"S'il devait y avoir une demande motivée pour une extension, les 27 de l'UE seraient prêts à la considérer", a déclaré la porte-parole, Mina Andreeva. Elle sera décidée à l'unanimité "en tenant compte des raisons" avancées et "de la durée" demandée, a-t-elle ajouté.

Le porte-parole de Donald Tusk, le Président du Conseil européen, a estimé que le rejet du traité a accru de façon "significative" le risque d'un Brexit sans accord. "Il est difficile de voir ce que nous pouvons faire de plus. S'il y a une solution à l'impasse actuelle, elle peut seulement être trouvée à Londres", a déclaré le porte-parole, Preben Aamann, ajoutant que l'UE allait continuer ses "préparatifs" pour un Brexit sans accord.

De nouveaux votes à la Chambre des communes ce mercredi et ce jeudi

Les députés britanniques se prononceront ce mercredi pour approuver ou rejeter une sortie de l'UE sans accord, le fameux "no deal".

Dans le cas où les parlementaires britanniques refuseraient de quitter l'UE sans accord, un nouveau vote sera prévu jeudi, leur proposant de repousser le Brexit pour "une période limitée", censée permettre de nouvelles tractations entre les dirigeants britanniques et européens.

Toute prolongation devra être dûment justifiée, ont prévenu les 27 pays de l'UE, qui devront l'approuver à l'unanimité.

Mais le consentement des dirigeants européens à une réouverture des discussions autour d'un nouvel accord de divorce semble très incertain, après qu'ils ont déjà accordé des concessions lundi soir. "Il n'y aura pas de troisième chance", avait prévenu le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

Seule certitude, plus le délai accordé par les Européens sera court, plus ils conserveront la main dans le bras de fer avec Londres.