Trump déplore que les avions soient devenus "trop complexes" à piloter

Trump déplore que les avions soient devenus "trop complexes" à piloter
Par AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2024 - Agence France-Presse.
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2024 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.

Le président américain Donald Trump a déploré mardi que les avions soient devenus "beaucoup trop complexes à piloter", deux jours après le crash d'un Boeing 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines qui a coûté la vie à 157 personnes.

"Les avions deviennent beaucoup trop complexes à piloter", a tweeté M. Trump. "Il n'y a plus besoin de pilotes mais plutôt d'informaticiens du MIT (Massachusetts Institute of Technology)", a-t-il ironisé.

"Je constate cela pour de nombreux produits. Toujours chercher un nouveau développement inutile alors que, souvent, ce qui est vieux et simple fonctionne bien mieux", a poursuivi le président septuagénaire.

Plusieurs pays, dont Singapour et l'Australie, ont pris le parti de fermer leur espace aérien aux Boeing 737 MAX après deux accidents mortels en moins de six mois impliquant cette nouvelle génération d'appareils.

Si les causes de l'accident de l'avion d'Ethiopian Airlines ne sont pas encore connues, le crash d'un appareil de Lion Air en Indonésie le 29 octobre dernier avait braqué l'attention sur les capteurs d'incidence (AOA), dont un dysfonctionnement peut conduire l'ordinateur de bord, pensant être en décrochage, à mettre l'appareil en piqué alors qu'il faudrait au contraire le redresser.

"Je ne sais pas pour vous, mais moi je ne veux pas d'un Albert Einstein comme pilote", a poursuivi M. Trump. "Je veux de grands professionnels qui puissent facilement et rapidement prendre le contrôle de leur avion!"

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Hongrie : faible participation au rassemblement anti-gouvernemental à Budapest

Des agriculteurs polonais ont bloqué dimanche un important poste-frontière avec l'Allemagne

Selon Washington, les négociations entre Israël et le Hamas sont en bonne voie