EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

L'espoir plutôt que les ténèbres : l'appel de Juan Guaido

L'espoir plutôt que les ténèbres : l'appel de Juan Guaido
Tous droits réservés REUTERS/Carlos Jasso
Tous droits réservés REUTERS/Carlos Jasso
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Pour Juan Guaido, le président autoproclamé du Venezuela, ce sont la négligence et la corruption du gouvernement qui sont responsables de la panne d'électricité qui a paralysé le pays pendant une semaine.

PUBLICITÉ

"Ne perdez pas espoir !" C'est le message de Juan Guaido au Venezuela. L'opposant et président auto-proclamé du pays réfute les accusations du régime : ce sont la négligence et la corruption du gouvernement qui sont responsables de la gigantesque panne d'électricité qui a paralysé le pays pendant une semaine. Il appelle ses partisans à se rassembler ce samedi: "Ne soyons pas prisonniers des ténèbres dans nos cœurs. C'est la clé dans les prochains jours. Nous sommes tous unis, nous sommes tous ensemble, main dans la main."

L'électricité est revenue pratiquement partout, sauf dans quelques villes de l'ouest. Mais les principaux services, dont celui de l'eau et les transports publics, restent particulièrement perturbés, ainsi que l'accès à la nourriture.

Le gouvernement a cependant ordonné aux écoles de reprendre le travail vendredi après une semaine d'interruption, et seulement deux jours de classe après les congés du carnaval. Selon l'association catholique pour l'éducation Fe y Alegria, près d'un tiers des enfants vénézuéliens ne vont plus à l'école, faute d'instituteurs, de transports ou parce qu'ils ont faim.

Le régime de Nicolas Maduro bénéficie du soutien de la Russie. A Vienne, le chef de la diplomatie a rappelé à son homologue russe à quel point ce soutien était important pour aider à résoudre les difficultés politiques du pays.

C'est dans ce contexte de guerre d'influence que les États-Unis accentuent leur pression sur le régime Maduro.

Tous les diplomates américains ont quitté le pays et ne reviendront pas avant une transition démocratique. Washington qui a ajouté 340 noms de proches du président Maduro à sa liste de Vénézuéliens désormais privés de visa américain.

avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Parlement européen se fissure à propos du Venezuela

The Brief from Brussels : fracture européenne sur le Venezuela

Venezuela : reprise du contrôle d'une prison sous la coupe d'un gang