Brexit : le speaker de la Chambre des Communes laisse Theresa May sans voix

Brexit : le speaker de la Chambre des Communes laisse Theresa May sans voix
Tous droits réservés Reuters TV via REUTERS
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un nouvel obstacle pour le Brexit. John Bercow, le speaker de la Chambre des Communes interdit à Theresa May de présenter une troisième fois le Traité de retrait. Elle pensait le faire d'ici mercredi. La sortie prévue mais impossible pour l'instant est dans 11 jours.

PUBLICITÉ

Dans la famille Brexit, je demande le speaker des Communes. Le président de la Chambre a pris une décision qui a fait l'effet d'un coup de tonnerre, dans le ciel bien sombre du Royaume Uni. A 11 jours de la date prévue du divorce avec l'Union européenne, John Bercow refuse que la Première ministre représente le Traité de retrait, rejeté dans sa première version le 15 janvier, et dans une modifiée, le 12 mars. Le gouvernement a été pris de court, il ne s'attendait pas à cela. Depuis le 12 mars, Theresa May bataillait pour tenter de rallier les récalcitrants de tous bords à ce texte qu'elle avait laborieusement négocié avec Bruxelles.

"Ce que le gouvernement ne peut légitimement pas faire c'est soumettre à nouveau à la chambre des Communes la même proposition ou substantiellement la même proposition que celle qui a été rejetée la semaine dernière par 149 voix", a déclaré John Bercow.

Pour sortir de cette crise, Theresa May devra-t-elle s'en remettre au Tout Puissant ? L'Eglise anglicane invite les fidèles à échanger autour d'une tasse de thé et prier pour le Royaume-Uni le week-end du 30 mars, au lendemain de la date de sortie prévue de l'Union européenne...

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le prince William appelle à la cessation des combats à Gaza dès que possible

Extradition de Julian Assange : la justice britannique doit bientôt trancher

Sondage : les Européens partagés sur la question des Îles Malouines