Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Brexit : Theresa May va demander un report aux 27

Brexit : Theresa May va demander un report aux 27
Taille du texte Aa Aa

Sur le chemin de croix qu’est le Brexit, un homme est un nouveau caillou dans la chaussure de Theresa May. Alors que la Première Ministre comptait remettre au vote son accord de Brexit inchangé, le président de la chambre des communes a fait voler en éclat ce projet. John Bercow s’appuie sur une convention parlementaire vieille de quatre siècles pour refuser que les députés se prononcent sur un même texte au cours d'une seule session parlementaire. Un coup de théâtre qui vaut à John Bercow d’être la cible de la presse de droite.

Les solutions envisagées

A 10 jours de la sortie programmée du Royaume-Uni de l’Union européenne, l’impasse est toujours manifeste à Westminster. Les députés ont déjà par deux fois dit non à l’accord négocié par Theresa May tout en refusant une sortie sans accord. Face aux jours qui passent, l’alternative à une sortie sèche est un prolongement des négociations.

Stephen Barclay, le ministre du Brexit explique : "La majorité des gens qui s’adressent à moi disent “c’est bon, faisons avec cet accord”. C’est le seul accord mis sur la table par l’UE après deux ans et demi de négociation donc ce qui est dans l’intérêt national c’est d’être derrière ce deal. C’est ce que fait la Première Ministre. Mais si le parlement ne soutient ni cet accord, ni une sortie sans accord, la conséquence est soit une extension soit un renoncement, et ce n’est pas ce pour quoi les gens ont voté. "

Theresa May a tranché. Elle va écrire au Conseil européen d’ici à mercredi pour solliciter un report du Brexit. Ce report pourrait être d’au moins trois mois. A condition que les 27 acceptent à l’unanimité cette prolongation des négociations. La France a prévenu qu'une extension n'était "ni évidente, ni automatique" tandis que l’Allemagne veut tout faire pour que le Brexit ait lieu à la date prévue.