Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nuno Gomes : "Je me sens plus Portugais qu'Européen"

Nuno Gomes : "Je me sens plus Portugais qu'Européen"
Taille du texte Aa Aa

Dans le cadre des élections européennes, nous sommes allés à la rencontre des citoyens européens. Aujourd'hui au Portugal, Anelise Borges a rencontré l'ancien footballeur Nuno Gomes.

Anelise Borges, euronews :

"Vous êtes un homme talentueux, l'une des plus grandes stars du football portugais, un symbole de l'excellence portugaise mais aussi européenne dans le sport. Vous vous sentez plus portugais ou plus européen ?"

Nuno Gomez, ancien footballeur portugais :

"Pour être honnête, je me sens plus Portugais qu'européen, mais depuis peu, j'ai aussi le sentiment de faire partie de l'Europe. Je pense que nous avons de plus en plus tendance à oublier notre pays et à dire que nous sommes européens. Je l'ai ressenti au cours des dernières années. Aussi parce que j'ai beaucoup voyagé et que cette facilité de circulation au sein de l'Europe nous permet également de nous sentir chez nous dans d'autres pays."

Anelise Borges :

Pensez-vous que les problèmes auxquels l'Europe est actuellement confrontée, je parle de la montée du populisme, sont la faute des hommes politiques ? Les politiciens doivent-ils faire plus pour se rapprocher des gens. ? Vous, les stars du football, vous êtes très proches des gens.

Nuno Gomes :

"Je pense que si les gens avaient une meilleure idée de ce que font les politiciens, ils seraient peut-être plus tolérants envers eux, parce que l'opinion générale que nous avons à propos des politiciens et de la politique elle-même n'est pas la même, elle ne correspond pas à la réalité. Si les politiciens eux-mêmes nous en disaient davantage sur leur travail, sur leur vie quotidienne, comme c'est le cas dans le milieu du football, les gens regarderaient les politiciens et la politique d’une autre manière."

Anelise Borges :

A votre avis, que va-t-il arriver à l'Europe dans les mois et les années à venir ? Pensez-vous que nous nous dirigeons vers le renforcement de l'Union européenne ou que c'est plutôt chacun pour soi aujourd'hui ?

Nuno Gomes:

"Je pense que l'Union européenne continuera à se développer, elle sera forte. Je ne pense pas et je n'espère pas qu'il y aura des pays qui voudront partir, qu'il y aura des divisions. Je pense que les pays peuvent résoudre les problèmes qui existent entre eux et qu’ils peuvent tous aller dans la même direction, nous devrions ainsi tous en tirer profit."