DERNIERE MINUTE

Plus de peur que de mal pour les 1 400 personnes du Viking Sky

Plus de peur que de mal pour les 1 400 personnes du Viking Sky
Tous droits réservés
NTB Scanpix/Svein Ove Ekornesvag via REUTERS
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Ce devait être une luxueuse et reposante croisière, mais elle s'est achevée par un séjour à l'hôpital pour certains des 1 400 passagers et membres d'équipage du Viking Sky, une fois arrivé à bon port...

Avarie des moteurs, mer hostile, les passagers ont vécu des heures difficiles avant l'heureuse issue.

Certains ont même filmé leur calvaire... Ils étaient pour la plupart Américains et Britanniques.

Rodney Horgan a pensé très fort au Titanic quand il a vécu ceci :

"Une grande fenêtre ou une porte en verre s'est brisée et un mur d'eau de mer de près de 2 mètres s'est engouffré à l'intérieur, a emporté la table, les chaises, la vaisselle et une vingtaine de personnes devant moi ont été balayées. J'était debout, ma femme était assise devant moi, et d'un coup elle a disparu, je pensais que c'était la fin."

Heureusement, personne n'est passé par dessus bord...

Samedi, le navire s'approchant dangereusement des côtes rocheuses, les autorités ont décidé de lancer une opération d'hélitreuillage dantesque : 460 passagers ont ainsi pu être évacués, y compris de nuit, depuis le pont du paquebot battu par des vagues atteignant 15 mètres. Traumatisant pour le couple de retraités Dullberg :

"J'ai 71 ans, il en a 74, et bien ils nous ont évacués ensemble, ils nous ont attachés, accrochés et soulevés, on peut dire que c'était un choc."

"Ma femme est moi-même ont était dans le premier groupe évacué du bateau par hélicoptère, et c'était une aventure très réussie ", explique un autre passager Paul Codey.

Au final, 25 personnes ont été hospitalisées, dont une en état grave.

Tôt dimanche matin, le paquebot a finalement réussi à redémarrer trois de ses quatre moteurs . Escorté par plusieurs remorqueurs, il a regagné par ses propres moyens le port de Molde, qu'il a atteint peu après 16h.

Dans le même secteur maritime, réputé dangereux, un navire marchand lui aussi victime d'une panne de moteur, avait dû être secouru également samedi.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.