Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Exode des jeunes espagnols : rencontre avec Silvia à Cordoba

Exode des jeunes espagnols : rencontre avec Silvia à Cordoba
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L'exode des jeunes espagnols, une véritable hémorragie depuis la crise économique. Sur la route des européennes, notre canapé rouge et notre correspondante Cristina Giner ont fait une halte à Cordoba aujourd'hui

L'Espagne a perdu beaucoup de ses jeunes. Selon les estimations, 800 000 jeunes, diplômés ou non, ont décidé de quitter le pays depuis 2008. Aujourd'hui, à Cordoba, nous rencontrons Silvia Arenas. Partie pour l'Autriche en 2012, elle a réussi à revenir en Espagne, justement grâce au travail qu'elle a trouvé là-bas.

"Que faisiez-vous en Autriche ? Qu'avez vous trouvé ?"

"D'abord, j'ai commencé à bosser dans la restauration rapide. Comme je ne parlais pas allemand ou quoique ce soit, j'ai commencé à travailler dans un fast food. J'y suis restée quelques mois. Et j'ai étudié l'allemand. Jusqu'à finalement trouver un poste dans une entreprise d'import-export. Et ce que j'ai fait ensuite, c'est organiser les importations et les exportations pour l'entreprise autrichienne ici en Espagne."

"Qu'est-ce qui vous a le plus frappé en revenant en Espagne ? Le pays s'est-il remis selon vous ?"

"Je n'ai pas remarqué que le pays s'était rétabli, non, l'humeur des gens non plus. Aujourd'hui, je ne pense pas que les gens se soient remis de la crise."

"Quelles différences avez-vous pu constater entre les pays européens ? Entre l'Autriche où vous avez vécu et l'Espagne ? En terme de travail, par exemple."

"S'agissant de l'emploi, ils sont beaucoup mieux organisé et tout est plus standardisé. Tout du moins dans l'entreprise où j'ai travaillé. Une personne sait exactement ce qu'elle a à faire et jusqu'où elle doit aller. Ils font leur boulot, rentrent à la maison et c'est tout. Pas ici, ici , vous devez toujours donner un peu plus."

"Pouvez-vous nous dire ce que vous faites maintenant ?"

"Actuellement, je travaille pour une entreprise autrichienne. Nous vendons des machines industrielles. En dehors de cela, nous assurons le service technique des machines et vendons également les pièces de rechange nécessaires en cas de panne. Nous nous occupons aussi du logiciel de programmation de la machine. C'est ce que je fais."

"Allez-vous voter aux prochaines élections européennes ?"

"Oui, je suppose que oui. Chaque fois que je pouvais, je votais, j'ai toujours voté, même quand j'étais à l'étranger."

"Pensez-vous que l'Union européenne peut nous aider à bâtir l'avenir de l'Espagne ?

"Oui, je crois que oui. Je crois que l'Union européenne devrait nous unir, devrait nous fédérer plutôt que nous séparer peu à peu. Chaque pays veut faire les choses à sa manière, seul. Je crois que , si on s'unissait tous, si on s'aidait les uns les autres, nous pourrions être plus fort. je pense que nous avons besoin d'Europe et que l'Europe a aussi besoin de l'Espagne."

"Vous vous sentez européenne ? "

"Oui, je me suis toujours sentie européenne."