DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Zuzana Čaputová, favorite du 2ème tour de la présidentielle slovaque

Zuzana Čaputová, favorite du 2ème tour de la présidentielle slovaque
Taille du texte Aa Aa

Le deuxième tour de l'élection présidentielle a lieu ce samedi en Slovaquie. Un scrutin qui oppose Zuzana Čaputová à Maroš Šefčovič. Et sauf énorme surprise, la victoire devrait revenir à Mme Čaputová.

Zuzana Čaputová

Cette femme, avocate de 45 ans, militante écologiste, a mené avec succès une campagne pour bloquer l'installation d'une grande décharge à Pezinok (sud-ouest). En 2016, ses efforts ont été récompensés par le prestigieux prix Goldman pour l'environnement.

REUTERS/Radovan Stoklasa/File Photo
Zuzana ČaputováREUTERS/Radovan Stoklasa/File Photo

Novice en politique, mais critique virulente du gouvernement, elle est parvenue, pour cette élection, à cristalliser le mécontentement d'une partie de la population vis-à-vis du pouvoir, accusé de corruption. Au 1er tour, elle a obtenu 40% des voix.

Maroš Šefčovič

Son adversaire est Maroš Šefčovič. Il est (un peu) connu sur la scène européenne, étant le commissaire européen à l'Énergie. Âgé de 52 ans, ce diplomate de carrière est soutenu par le parti au pouvoir Smer-SD. Au 1er tour, seuls 20% des électeurs ont voté pour lui.

REUTERS/David W Cerny
Maroš ŠefčovičREUTERS/David W Cerny

Le meurtre de Jan Kuciak

La Slovaquie a été traumatisée il y a un an par l'assassinat d'un journaliste, Jan Kuciak, qui enquêtait sur des liens présumés entre des hommes politiques slovaques et la mafia italienne.

\> Assassinat de Jan Kuciak : la Slovaquie sous le choc

Le crime a mis à mal le gouvernement en place et provoqué des manifestations de rue d'une ampleur inédite depuis la chute du communisme au début des années 1990.

Mme Čaputová, à l'époque une vice-présidente du parti Slovaquie progressiste, qu'elle a quitté depuis pour partir à la conquête de la présidence, a pris part à ces manifestations.

La vague d'indignation a entraîné la démission du Premier ministre Robert Fico, qui reste cependant chef du Smer-SD.

- avec AFP -