DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Otan célèbre ses 70 ans, Moscou dans le viseur, Trump en trouble-fête

L'Otan célèbre ses 70 ans, Moscou dans le viseur, Trump en trouble-fête
Taille du texte Aa Aa

Soixante-dix ans après sa création, la "menace" russe est toujours sa raison d'être. Mais l'Otan, qui célèbre son anniversaire à Washington, est désormais confrontée à un autre défi: les critiques incessantes de l'hôte même des festivités, le président des Etats-Unis Donald Trump.

Les ministres des Affaires étrangères des 29 pays membres de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord se retrouvent mercredi et jeudi dans la capitale américaine pour souffler ses 70 bougies.

Créée pour contrer l'Union soviétique en Europe, l'Alliance est encore aux prises avec Moscou dans un contexte international aux faux airs de nouvelle Guerre froide.

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a dit mercredi, lors d'une audition parlementaire, espérer que les Alliés puissent "annoncer une autre série de mesures communes contre ce que la Russie fait en Crimée", la péninsule ukrainienne annexée en 2014.

Mais l'attention se portera surtout sur Donald Trump qui, depuis son arrivée à la Maison Blanche début 2017, n'a eu de cesse de bousculer l'Otan, accusant les plus proches alliés des Etats-Unis de vivre, en matière de défense, aux crochets de Washington et de ses faramineuses dépenses militaires.

Le milliardaire républicain a encore fait la leçon à ses membres l'été dernier à Bruxelles.

En cause, l'objectif fixé en 2014 que chaque gouvernement porte ses dépenses militaires à 2% de son produit intérieur brut, une cible encore très lointaine pour plusieurs pays, à commencer par l'Allemagne, première économie européenne.

- Festivités modestes -

Au-delà, le président américain entretient régulièrement le doute sur son attachement à ce pilier des relations avec l'Europe, comme lorsqu'il s'est demandé si cela valait vraiment la peine de défendre un petit pays membre comme le Monténégro.

Mike Pompeo a défendu la position américaine, assurant qu'il s'agisait de "faire en sorte que l'Otan soit encore là dans 70 ans".

"Quand je parle à mes homologues, ils commencent par dire +l'Amérique doit faire X et Y en raison de la menace russe+", a affirmé jeudi le chef de la diplomatie américaine lors d'un forum à Washington. Mais quand on leur demande ce qu'ils sont prêts à faire eux-mêmes, "ils répondent +c'est difficile, nos électeurs n'aiment pas qu'on dépense de l'argent pour la défense+", a-t-il ajouté en riant, désignant une nouvelle fois Berlin parmi les mauvais élèves.

Les célébrations du 70e anniversaire, au simple niveau ministériel, s'annoncent modestes. Un contraste saisissant avec le cinquantenaire, fêté en grande pompe en 1999 sous la houlette du président américain Bill Clinton.

Cette fois, Donald Trump doit recevoir le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg mardi, avant la réunion elle-même, et ce dernier doit prononcer un discours le lendemain devant le Congrès américain.

- "L'inquiétude, c'est Trump" -

Derek Chollet, membre de l'administration de l'ex-président démocrate Barack Obama, estime que les ministres devraient mettre en avant les avantages de l'Alliance.

"Mais l'inquiétude, c'est Trump" dont l'ombre "plane" sur son avenir, relève celui qui est aujourd'hui vice-président du cercle de réflexion German Marshall Fund of the United States.

Qu'ils l'aient "entendu directement, à huis clos, ou lu dans la presse", les dirigeants des pays membres savent que le président de la première puissance mondiale "pense que l'Alliance n'est pas utile aux Etats-Unis", ajoute-t-il. "Et ils s'inquiètent de voir que le membre fondateur est devenu le plus imprévisible, voire le moins fiable."

Alors que la droite populiste multiplie les attaques contre l'Otan, une partie de la gauche pacifiste dénonce aussi de longue date son existence et entend manifester à Washington en marge de l'anniversaire.

"Au 21e siècle, l'Otan aurait dû prendre sa retraite plutôt que de devenir un élément de domination", estime Joseph Gerson, de l'American Friends Service Committee, une organisation pacifiste chrétienne. Sans vouloir se montrer indulgent à l'égard de Vladimir Poutine, il juge que les Alliés auraient dû s'attendre à voir la Russie "risposter" face à l'élargissement de l'organisation à ses frontières.

"Nous voulons aussi que les gens comprennent que l'Otan est devenue une alliance globale très éloignée de la simple défense de l'Europe", ajoute-t-il.

Donald Trump a de fait proposé d'accueillir dans ses rangs le Brésil, dont le nouveau président d'extrême droite Jair Bolsonaro a été reçu avec les honneurs dans le Bureau ovale. Et l'Otan est déployée depuis 17 ans en Afghanistan.

Bien que la Russie reste la principale menace pour l'Alliance, Derek Chollet s'attend à voir ses membres discuter de plus en plus des défis présentés par la Chine.

"Malgré ses problèmes, l'Otan est un atout unique, qui n'a jamais vraiment existé auparavant et dont les Etats-Unis doivent s'estimer heureux", dit-il, soulignant que Moscou et Pékin ne peuvent pas se targuer d'avoir autant de partenaires prêts à se défendre mutuellement dans l'esprit "un pour tous, tous pour un".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.