Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

France : potentielle intoxication alimentaire mortelle dans un Ehpad

France : potentielle intoxication alimentaire mortelle dans un Ehpad
Taille du texte Aa Aa

Une probable intoxication alimentaire dimanche soir dans un établissement pour personnes âgées du sud de Toulouse a provoqué le décès de cinq résidents, quatre femmes et un homme, âgés de 76 à 95 ans.

Au total, 22 personnes âgées de l'Ehpad privé "La Chêneraie", ont été affectées, selon la préfecture. Les personnes décédées sont quatre femmes, l'une de 76 ans, les autres âgées de 93 à 95 ans, et un homme de 93 ans, a précisé à l'AFP une source proche de l'enquête.

Seize résidents avaient aussi été hospitalisés dans la nuit, a indiqué l'Agence régionale de santé (ARS). Tous "auraient été victimes d'une intoxication alimentaire dans la soirée du 31 mars après le dîner", selon la préfecture.

Enquête ouverte

Le parquet de Toulouse a ouvert une enquête pour "homicide involontaire et blessure involontaire", selon la même source proche de l'enquête. L'enquête doit notamment déterminer si les repas étaient préparés en interne ou apportés de l'extérieur.

Alain Lapeyre, le fils d'une nonagénaire décédée, a affirmé à la presse que le dîner incriminé avait été livré dimanche soir de l'extérieur, précisant que l'information leur avait été donnée par le médecin traitant de l'établissement. Une autre parente, Marie, dont le père de 78 ans n'a pas été intoxiqué, a confirmé avoir eu la même information.

Le problème est survenu "apparemment sur des repas spéciaux, des repas mixés pour personnes en fin de vie", a pour sa part affirmé Chantal, la fille d'un couple résident indemne.

L'établissement, des bâtiments ocres situé au fond d'une impasse, avait changé de propriétaire en janvier, après le rachat par le groupe français Korian du groupe Omega, gérant 12 résidences EHPAD en France.

Alain Lapeyre, comme Marie, ont affirmé ne pas avoir été informés de ce changement. Dénonçant un "manque de personnel", M. Lapeyre a indiqué qu'il allait porter plainte et contacter les autres familles en ce sens.

"Je suis très en colère, c'est inadmissible" , a-t-il affirmé à la presse, relevant que la famille payait "pas loin de 3.000 euros par mois" pour la prise en charge de leur mère, accueillie depuis dix ans pour Alzheimer.

Etablissement haut de gamme

Toujours recensée sur le site d'Omega, la Chêneraie y est présentée comme offrant des "prestations hôtelières haut de gamme" et une "cuisine régionale préparée sur place".

"Ce n'était pas un Ehpad pointé comme plus en difficulté qu'un autre" a commenté auprès de l'AFP le secrétaire régional de la CFDT-santé, Pierre-Louis Canavelli.

A l'intérieur, l'émotion régnait parmi les résidents indemnes, selon plusieurs parents. "Mon père était très choqué, il s'est écroulé quand il m'a vu, il pleurait", a raconté Marie, affirmant qu'il avait appris la nouvelle "par la télé dans sa chambre". Des familles de résidents ont aussi accueillies à la salle des fêtes du village par des élus locaux.

L'ARS a indiqué avoir entamé dès cette nuit les premières investigations, qui doivent se poursuivre "sur la base d'un questionnaire alimentaire qui sera administré auprès des résidents".

"Les repas-témoins ont été mis sous séquestre et conservés dans l'attente de l'intervention de la Direction départementale de la protection des populations", a-t-elle précisé. Le parquet a aussi demandé la mise sous scellés des cuisines.

Après l'alerte, déclenchée par des "symptômes de vomissement" , selon la sous-préfète de Saint-Gaudens Marie-Paule Demiguel, les secours se sont "rendus immédiatement sur place" et le centre opérationnel départemental activé. Une cellule d'urgence médicopsychologique a aussi été constituée.

Situation exceptionnelle pour les directeurs d'Ehpad

"Si l'intoxication alimentaire est avérée", l'Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) rappelle que "cette situation est tout à fait exceptionnelle dans un secteur extrêmement contrôlé".

"La restauration en Ehpad est un des systèmes de restaurations les plus techniques et difficiles, mais dans lequel malheureusement le risque zéro n'existe pas", a relevé André Belloc, président de Restau'Co, un réseau interprofessionnel de restauration collective.

Ouvert en 2006, la Chêneraie, un établissement hébergeait 82 résidents, dont 17 personnes accueillies en unité protégée (Maladies d'Alzheimer et apparentées), selon l'ARS.

A la Bourse de Paris, le titre Korian était en forte baisse.