Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Un film justifie la dictature au Brésil, Bolsonaro fils fait sa promotion

Eduardo Bolsonaro, fils du président du Brésil
Eduardo Bolsonaro, fils du président du Brésil
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Tel père, tel fils ! L'un des enfants du président du Brésil, Eduardo Bolsonaro, qui occupe un poste de député fédéral, semble n'avoir rien d'autre à faire qu'alimenter une polémique sur le coup d'Etat militaire de 1964, qui monte depuis dimanche dernier dans le pays. Il a décidé de faire la promotion d'un documentaire qui justifie le putsch, et la longue dictature qui a suivi, alors que ce film suscite la désapprobation et l'indignation d'une partie des Brésiliens sur les réseaux sociaux.

La dictature pour contrer la "menace communiste", selon les auteurs

En pleine commémoration des 55 ans du début de la dictature, le documentaire "1964, le Brésil entre les armes et les livres" développe pendant plus de deux heures une théorie on ne peut plus controversée : selon ses auteurs, ce sont les actions des groupes de guérilla de gauche, au début des années 1960, qui auraient "forcé" les militaires à s'emparer du pouvoir afin de "protéger" la population contre "la menace communiste" au moment de la Guerre froide.

Bref, les putschistes auraient en quelque sorte sauvé le pays du pire; et apparemment, ils ont tellement bien endossé et aimé ce rôle qu'ils sont restés en place durant 21 ans. Le documentaire les exonère au passage de tout emploi de la torture contre les opposants, expliquant qu'elle a été utilisée seulement par quelques "psychopathes" - c'est le mot employé - au sein des forces armées. En 2014, la Commission nationale de la vérité a au contraire conclu une enquête qui fait apparaître que des centaines de personnes ont été persécutées, torturées et assassinées dans le secret sous la dictature.

Déjà, pour les 50 ans du coup d'Etat, Jair Bolsonaro, qui n'était pas encore le président du Brésil, avait vanté les mérites du putsch, le qualifiant carrément de "deuxième indépendance" du pays et de "glorieuse révolution". Voir la vidéo :

Retiré des cinémas mais mis en ligne sur YouTube

Mis en circulation et diffusé à partir du 31 mars, en premier lieu dans plusieurs cinémas de Brasilia, Sao Paulo et Belo Horizonte, le long-métrage a rapidement suscité des protestations et a été retiré. Le réseau Cinemark s'est justifié en affirmant qu'il avait été projeté "par erreur". "Par principe, nous n'autorisons pas dans nos salles la diffusion de contenus partisans ou d'événements marqués politiquement", a indiqué sa direction dans un communiqué. Piqués au vif et frustrés, les auteurs ont aussitôt mis en ligne leur documentaire sur YouTube, où il a déjà généré plus de 1,8 million de vues.

Voilà qui réjouit finalement le président d'extrême-droite, Jair Bolsonaro, qui n'a jamais caché sa nostalgie de la dictature. Et son fils, Eduardo, fait encore mieux puisqu'il encourage le public à regarder le film si controversé. Il a écrit sur son compte Twitter ci-dessous : "Partagez-le, voyez-le en famille et entre amis".