DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Affaire Calvin: la justice enquête sur des "infractions à la législation" anti-dopage

Taille du texte Aa Aa

Une enquête préliminaire a été ouverte à Marseille pour "infractions à la législation sur les produits dopants", dans le cadre de soupçons entourant l'athlète Clémence Calvin, a-t-on appris vendredi auprès du parquet.

Les investigations ont été confiées au pôle santé publique du parquet de Marseille, a précisé à l'AFP le procureur de la République Xavier Tarabeux, confirmant une information de L'Equipe.fr.

Selon le site internet du journal, cette enquête a été ouverte le 22 mars après un record de France sur 5 km de l'athlète, établi le 10 mars mais non homologué, à l'occasion du semi-marathon de Paris.

Les investigations, distinctes de l'enquête administrative de l'Agence française de lutte anti-dopage (AFLD), sont menées par les gendarmes de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (Oclaesp), a précisé une source proche du dossier à l'AFP.

Clémence Calvin, 28 ans, accusée de s'être soustraite à un contrôle antidopage inopiné au Maroc le 27 mars, a par ailleurs saisi le conseil d'Etat pour faire annuler sa suspension avant le marathon de Paris qui aura lieu dimanche. La plus haute juridiction administrative doit examiner le dossier de la licenciée de Martigues (Bouches-du-Rhône), en référé, vendredi.

La vice-championne d'Europe du marathon à Berlin en 2018 a été suspendue provisoirement mercredi par l'Agence française de lutte contre le dopage. Elle risque quatre ans de suspension, tout comme son mari, Samir Dahmani, qui se voit reprocher d'avoir fait obstruction aux contrôleurs de l'AFLD.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.