Septième jour de « rébellion écologiste » à Londres

Septième jour de « rébellion écologiste » à Londres
Taille du texte Aa Aa

Des policiers presque aussi nombreux que les manifestants, mais pas une once de violence… À Londres, au septième jour de la mobilisation, plusieurs lieux emblématiques restent occupés par des écologistes se réclamant du réseau Extinction Rebellion. Si Oxford Circus a été rouvert à la circulation et une partie des activistes délogés du Waterloo Bridge, ailleurs comme à Parliament square, ils continuent de défier pacifiquement la police.

« L'occupation de différents lieux à Londres fait partie de ce mouvement de rébellion, explique Sian, une activiste du mouvement. Il faut qu'il y ait un impact maximal pour que le gouvernement commence à nous écouter et à agir contre le changement climatique. Dans le passé, nous avons déjà manifesté dans des endroits qu'on nous indiquait avec des pancartes, de le faire pacifiquement sans provoquer de perturbations, mais ça n'a pas marché. »

Depuis lundi, plus de 800 militants ont été arrêtés et 42 d'entre eux font l'objet de poursuites. Le réseau, qui entend forcer la main du gouvernement britannique par des actes de désobéissance civile, exige notamment que les émissions de gaz à effet de serre soient réduites à zéro dans le pays d'ici 2025.