PUBLICITÉ

État d'urgence au Sri Lanka

État d'urgence au Sri Lanka
Tous droits réservés REUTERS/Athit Perawongmetha
Tous droits réservés REUTERS/Athit Perawongmetha
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'état d'urgence est entré en vigueur au Sri Lanka après le massacre du dimanche de Pâques qui n'a pas pu être empêché malgré les alertes lancées par les services de renseignement.

PUBLICITÉ

Une bombe a explosé ce lundi en fin d'après-midi à Colombo lors d'une opération déminage.

La déflagration a provoqué un mouvement de panique au lendemain de la vague d'attentats du dimanche de Pâques.

Les attentats coordonnés contre quatre hôtels et trois églises ont fait de 310 morts et 500 blessés.

L'état d'urgence est entré en vigueur ce mardi au Sri Lanka où la police indique avoir arrêté 40 suspects et poursuit la traque des responsables du bain de sang attribué au mouvement islamiste NTJ.

L'organisation avait fait l'objet il y a dix jours d'une alerte diffusée aux services de police.

Rajitha Senaratne, porte-parole du gouvernement sri lankais : "Les agences de renseignement internationales ont informé le 4 avril qu'un tel incident devait avoir lieu dans notre pays. Leurs rapports indiquaient que des attentats-suicides à la bombe allaient se produire dans plusieurs endroits. Que les cibles étaient les églises chrétienne et catholique, mais aussi les destinations touristiques, les hôtels."

Selon le porte-parole du gouvernement, l'alerte n'avait pas été transmise au premier ministre ou à d'autres ministres de haut rang.

Le FBI et Interpol assistent les services de police sri-lankais et cherchent à déterminer d'éventuelles connexions internationales.

La minorité chrétienne sri lankaise n'avait jamais été la cible d'un tel carnage.

Prasad Harshan, prêtre : "Nous avons un travail de réconciliation. D'un côté, nous avons des gens qui souffrent et font face à une terrible douleur. D'un autre côté, nous avons des gens qui vivent dans la peur de ce qui peut maintenant arriver."

87 détonateurs de bombes ont été découverts lundi dans un gare de bus de Colombo située à mi-chemin des hôtels et de l'église Saint-Antoine, les sites des attentats de dimanche.

Les ambassades étrangères déconseillent tout déplacement non-impératif au Sri Lanka.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Sri Lanka toujours en état d'alerte

Sri Lanka : l'enquête se poursuit

Attaque au couteau "terroriste" dans une église de Sidney