Le Sri Lanka toujours en état d'alerte

Le Sri Lanka toujours en état d'alerte
Taille du texte Aa Aa

Ce mercredi les forces de sécurité ont été aperçues devant un cinéma de Colombo. Une explosion contrôlée a été effectuée en raison d'une moto suspecte garée à proximité de l’établissement. Selon la police, il n’y avait pas d’explosifs dans le véhicule.

Des défaillances sur le plan de la sécurité ?

Alors que le pays semble toujours sur le qui-vive après les attentats de dimanche, le gouvernement admet des défaillances sur le plan de la sécurité. L’Etat islamique a revendiqué ces attentats alors que les autorités locales incriminaient le National Thowheeth Jama’ath (NTJ), un groupe islamiste local. Elle cherchent désormais à savoir si ce groupe a bénéficié d’un soutien logistique international.

Le groupe islamiste local avait fait l'objet il y a dix jours d'une alerte provenant "d'une agence de renseignement étrangère" diffusée aux services de police, selon laquelle il préparait des attentats suicides contre des églises et l'ambassade d'Inde à Colombo. D'après le porte-parole du gouvernement, cette alerte n'avait pas été transmise au Premier ministre ou à d'autres ministres de haut rang.

Cet élément pourrait relancer la crise au sommet de l'Etat sri-lankais : "Il s'agit d'une lacune majeure dans le partage de l'information, en particulier de l'information sur le renseignement. Quant au remaniement (des hauts responsables de la sécurité), hier, le président a fait une déclaration disant qu'il y aura des changements dans la hiérarchie, qu'il s'agisse de l'armée ou du ministère. Je suis sûr que d'ici quelques jours, on le saura." a expliqué le Secrétaire d'État à la Défense Ruwan Wijewardene.

Le bilan s'alourdit

Des funérailles massives ont eu lieu dans la ville sri-lankaise de Negombo. Familles et amis pleurent leurs proches disparus dans ces attaques.

Le bilan des attaques suicides contre des églises et hôtels de luxe au Sri Lanka s'est encore alourdi ; plus de 350 personnes sont mortes et 500 autres sont blessées. Parmi les tués figurent au moins 39 étrangers, 45 enfants et adolescents sont morts, selon l'ONU.

Ces attentats comptent parmi les plus meurtriers depuis le 11 septembre 2001.

L'enquête toujours en cours

Les forces de sécurité ont arrêté 18 personnes dans la nuit de mardi à mercredi, a annoncé la police, s'ajoutant aux 40 précédemment interpellées ces derniers jours.

Des suspects sont encore en fuite, d'après le Premier ministre Ranil Wickremesinghe.