Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Rencontre avec Frans Timmermans, chef de file des sociaux-démocrates aux européennes

(c) Reuters
(c) Reuters
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

A tout juste un mois des élections européennes, le candidat social-démocrate à la présidence de la Commission européenne, Frans Timmermans, était l'invité exceptionnel d'Euronews, ce vendredi à 17h.

Voici ces principales déclarations :

Sur l'identité européenne

"Il y a un sentiment profond des peuples de rester attachés à leur identité, à celle dont ils viennent. Il y a aussi une crainte que la façon dont le monde change vienne bouleverser leur identité, voire menacer leur identité.

Je crois que c'est une fausse contradiction. Je crois que la diversité qui prévaut en Europe est une force, pas une faiblesse."

Sur le changement climatique

"Nous, les Européens, sommes toujours vu dans le reste du monde, comme ceux qui protègent le système multilatéral, tout comme nous sommes ceux qui ont œuvré pour les Objectifs de Développement durable aux Nations Unies.

Nous sommes ceux qui sommes parvenus à réunir toutes les nations ensemble pour l'accord de Paris sur le climat et à se mettre d'accord. Nous avons un immense héritage et une immense responsabilité de le protéger à l'ère de Trump."

"Nous avons besoin d'une taxe carbonne au niveau européen, c'est le plus gros changement qui permettra aux pollueurs de comprendre qu'ils doivent changer leurs manière de produire."

Sur l'immigration

"Le problème s'est vraiment posé en 2015 et 2016, quand nous n'avions pas la crise sous contrôle. Depuis, nous avons franchi plusieurs étapes pour maîtriser la crise. Nous n'y sommes pas encore mais nous y arrivons.

Mais maintenant, les prédateurs politiques prient pour que la population ne cède à la crainte que nous n'arrivions pas à maîtriser cette crise, ils disent que ces personnes ne méritent pas d'être ici, qu'elles sont une menace pour nous et que nous devons nous opposer à cela.

Nous devons rester en phase avec nos valeurs, nous devons rester un espace de sécurité pour les vrais réfugiés, et nous devons dire à ceux qui n'ont pas le droit à l'asile qu'ils doivent retourner chez eux."

Qui est Frans Timmermans?

Frans Timmermans est un politicien néerlandais, né en 1961 aux Pays-Bas. Titulaire d'une maîtrise en Affaires européennes et d'un Master en littérature française, il a étudié, entre autres, en France, au sein de l'Université de Nancy.

Sa carrière

Avant d'entrer en politique, Frans Timmermans a entamé sa carrière au sein de la diplomatie néerlandaise, au ministère néerlandais des Affaires étrangères. Il rejoint ensuite Bruxelles, au début des années 1990, où il devient assistant de Hans van den Broek, commissaire européen chargé des Relations extérieures. Par la suite, il devient conseiller et secrétaire particulier de Max van der Stoel, Haut-commissaire pour les minorités nationales de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Membre du Pvda (parti travailliste néerlandais d'orientation sociale-démocrate), Frans Timmermans a été élu six fois député au Parlement néerlandais, de 1998 à 2007, puis de 2010 à 2012..

Il est secrétaire d'État auprès du ministère des Affaires étrangères, chargé des Affaires européennes, entre 2007 et 2010, puis ministre des Affaires étrangères entre 2012 et 2014.

En 2004, il devient Vice-président de la Commission européenne. Il a beaucoup œuvré pour le développement durable et a contribué à l'adoption d'une stratégie pour l'économie circulaire ainsi que l'adoption des " 17 Objectifs de développement durable" par les États membres des Nations unies, qui visent l'horizon 2030.

Avec le soutien appuyé de Jean-Claude Juncker, le néerlandais a dénoncé les violations de l'Etat de droit en Pologne, en Hongrie et en Roumanie et a fait déclencher la procédure prévue par l'article 7 du traité pour sanctionner les violations des valeurs de l'UE.

Ce pour quoi il se bat

Valeurs : égalité, justice sociale et "Europe féministe"

Frans Timmermans croit en la nécessité d'améliorer et d'adapter l'Union européenne aux défis posés dans le future, de défendre des valeurs européennes telles que les droits des femmes.

Le candidat social-démocrate néerlandais veut une Europe tolérante et progressiste, où chacun peut s'épanouir, peu importe leur origine, leur nationalité, leur genre ou âge.

Il souhaite réduire les inégalités hommes/femmes avec la mise en place d'une stratégie européenne pour l'égalité entre les genres, mais aussi réduire les inégalités de salaires et de pensions de retraites, et lutter contre les violences basées sur le genre et le harcèlement sexuel.

Développement durable

Le néerlandais souhaite bâtir une Europe plus durable, qui prend exemple sur l'économie circulaire (réduire les déchets, privilégier les circuits courts...). Il croit que les Européens doivent modifier leurs comportements et leurs manières de vivre en utilisant moins les ressources de notre planète, de sorte à combattre le réchauffement climatique.

Coopération

Frans Timmermans croit en une Europe qui cherche des "solutions" via la "coopération" et non la "confrontation". Si Donald Trump et Vladimir Poutine croient, selon lui, au "rule by power", le néerlandais veut croire que l'Union européenne doit agir grâce au "power in the rules".

Migration

Sur la question migratoire, Frans Timmermans croit en une nouvelle approche. Il souhaiterait que l'Union européenne adopte un droit d'asile juste et une politique migratoire basée sur un partage des responsabilités et de la solidarité entre tous les Etats membres, point sur lequel les divisions sont importantes.

Réseaux sociaux

Frans Timmermans veut que l'Europe ne soit plus vue comme une "menace", mais comme une "opportunité". Sur son site internet, on peut lire ceci : "Nous avons besoin d'espoir... pour nos jobs, pour le futur de nos enfants, pour ce que l'on partage dans une société diverse, pour le changement climatique, pour la gestion de l'immigration, de la sécurité de nos concitoyens. Nous ne devrions pas laisser la peur nous guider."

Avec 197 183 followers sur Facebook, 8 690 sur Instagram et plus de 105 000 sur Twitter, Frans Timmermans accentue sa campagne virale par des hashtags et des publications, tournées notamment vers les droits des femmes et des minorités.