DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Bulgares veulent se rapprocher des standards européens

Les Bulgares veulent se rapprocher des standards européens
Taille du texte Aa Aa

Notre tour d'Europe nous conduit à Sofia, la capitale de la Bulgarie. En ce 1er mai, il y a des centaines de manifestants qui défilent dans les rues pour la fête du travail. Ils entendent appeler le gouvernement à créer des emplois décents, à avoir de meilleures conventions collectives et à augmenter le salaire minimum en Bulgarie.

Le pays est l’État le plus pauvre de l'Union européenne, mais c'est aussi le pays avec le salaire minimum le plus bas de l'Union, avec seulement 286 euros par mois. Alors, bien sûr, les travailleurs et les syndicats sont ici pour exprimer leurs préoccupations et pour demander au gouvernement d'améliorer les emplois et les salaires.

Nous avons interrogé des manifestants sur la place de la Bulgarie en Europe et sur leurs conditions de vie. Voici leurs témoignages recueillis par notre envoyé spécial Bryan Carter :

"Honnêtement, je ne sais toujours pas si je vais voter. Je suis déçue par tous les politiciens. J'ai toujours voté jusqu'à présent, mais il n'y a plus de choix, ils sont tous les mêmes pour moi, aussi négatif que cela puisse paraître. Ils donnent de l'espoir au peuple et ensuite ils ne font rien" affirme Krasi Tsaleva, assistante de laboratoire.

Dans le passé, il y a eu beaucoup de lacunes, mais il y a eu aussi de bonnes choses. Il me semble que les politiques sociales pour les salariés étaient meilleures. Nous avions par exemple, des hôtels de vacances gérés par l'État. Nous étions mieux payés pour le travail que nous faisions" souligne Yiodan Mladenov, chauffeur de bus.

"L'Europe peut faire beaucoup pour nous, en changeant les choses et en élevant la norme sociale, afin que la Bulgarie puisse atteindre les mêmes standards que le reste de l'Europe" indique Evgenya Dimitrova, employée de la poste.

"Malheureusement, l'adhésion à l'UE a coïncidé avec la crise financière qui a été très forte en Bulgarie. Les salaires ont été gelés pendant longtemps, c'est la raison pour laquelle nous avons le salaire le plus bas et aujourd'hui nous essayons de rattraper notre retard et d'accélérer la croissance des salaires. Malheureusement, ce n'est pas suffisant et de nombreux Bulgares continuent à quitter le pays" explqiue Veselin Mitov, secrétaire de la Confédération du travail Podkrepa.

"Aujourd'hui, nous jouons le rôle du Bangladesh européen. Nous faisons du dumping social et du dumping fiscal pour les autres pays d'Europe" déplore Vanga Grigorova, experte économique, Confédération du travail Podkrepa.

"Nous avons réussi à obtenir une augmentation significative de salaire pour les chauffeurs de bus, mais de plus en plus d'entre eux cherchent encore du travail à l'étranger. Cette pénurie de main-d'oeuvre nous oblige à travailler de longues heures supplémentaires et sans prendre de pause " souligne Yiodan Mladenov, chauffeur de bus.

"Les entreprises multinationales sont partout, nous ne pouvons donc pas résister uniquement du point de vue national, c'est pourquoi nous et notre peuple devons comprendre que nous devons agir en tant que citoyens européens, et pas seulement en tant que Bulgares" affirme Vanga Grigorova, experte économique, Confédération du travail Podkrepa.