DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rapport Mueller : le ministre américain de la Justice fragilisé

Rapport Mueller : le ministre américain de la Justice fragilisé
Taille du texte Aa Aa

Le ministre américain de la Justice est attaqué de toutes parts pour sa gestion du rapport Mueller sur les soupçons d'ingérence russe lors de la présidentielle de 2016. William Barr a refusé de participer ce jeudi à une nouvelle audition devant la Commission judiciaire de la Chambre des représentants.

La veille, il avait essuyé les critiques des sénateurs démocrates, qui lui reprochent d'avoir tronqué les conclusions du rapport du Procureur spécial. Un document de plus de 400 pages, qui a certes exonéré Donald Trump des accusations de collusion avec Moscou, mais qui a mis en avant avant des pressions troublantes exercées par la Maison Blanche sur l'enquête.

William Barr a défendu sa décision de ne pas lancer de poursuites pour "entrave à la justice", estimant qu'il n'y avait pas de preuves suffisantes.

Il a reçu le soutien de la garde rapprochée de Donald Trump, qui dénonce une "chasse aux sorcières" de la part des démocrates : "Ils doivent être un peu désespérés, en colère contre Robert Mueller qui n'a pas obtenu ce qu'ils avaient tenté de démonter au peuple américain pendant deux ans et demi en matière de la collusion russe, de complots etc", souligne Kellyanne Conway, la conseillère du président américain.

Pour William Howell, politologue à l'Université de Chicago, William Barr est apparu devant le sénat davantage comme un avocat de Donald Trump que comme un ministre de la justice : "En tant que ministre de la justice, indépendant du président américain, il s'est comporté d'une manière qui a érodé la perception du public. Et c’est un point qui devra être éclairci dans les mois et les années à venir."

Le président démocrate de la Commission des Affaires judiciaires à la Chambre des représentant a promis de contraindre William Barr à comparaître s'il refuse de publier l'intégralité du rapport Muller.