DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Asia Bibi en route vers la liberté

Bibi und Gouverneur Taseer im November 2010
Bibi und Gouverneur Taseer im November 2010 -
Tous droits réservés
REUTERS/Asad Karim
Taille du texte Aa Aa

La chrétienne Asia Bibi, six mois après avoir été acquittée d'une condamnation à mort pour blasphème qui avait suscité l'indignation à l'étranger, a quitté le Pakistan et "retrouvé" sa famille, semble-t-il au Canada.

Si plusieurs sources, dont la Première ministre britannique Theresa May, semblent suggérer mercredi que Mme Bibi est bien partie pour le Canada, le Premier ministre Justin Trudeau s'est à ce stade refusé à le confirmer. "Je ne peux pas confirmer quoi que ce soit pour des raisons de vie privée et de sécurité", a-t-il dit mercredi à des journalistes. Mi-novembre, il avait indiqué à l'AFP être "en discussions avec le gouvernement du Pakistan" au sujet d'Asia Bibi.

Plus tôt dans l'après-midi, une source gouvernementale pakistanaise, sous couvert d'anonymat, avait confirmé à l'AFP que la chrétienne avait "quitté le Pakistan de son plein gré". Les autorités pakistanaises restent muettes sur sa destination ou les conditions de son départ.

"Les Etats-Unis saluent la nouvelle qu'Asia Bibi ait bien retrouvé sa famille. (...) Asia Bibi est libre désormais", s'est félicité dans un communiqué le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo.

Asia Bibi, sa condamnation

La chrétienne avait été condamnée à mort pour blasphème en 2010, après avoir été accusée par deux villageoises musulmanes avec qui elle travaillait d'avoir "insulté" le prophète Mahomet lors d'une querelle autour d'un verre d'eau.

Son cas était devenu emblématique des dérives de la loi sur le blasphème au Pakistan, souvent instrumentalisée selon ses détracteurs pour régler des conflits personnels via la diffusion de fausses accusations.

Mme Bibi, ouvrière agricole chrétienne âgée d'une cinquantaine d'années, avait fini par être acquittée en octobre par la Cour suprême pakistanaise, la plus haute instance judiciaire du pays, après avoir passé plus de huit ans dans les couloirs de la mort.

Après son acquittement, des milliers d'islamistes du groupe Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP) avaient bloqué trois jours durant les principaux axes du pays pour exiger sa pendaison, le blasphème étant une question incendiaire au Pakistan.

Cette même Cour suprême l'avait ensuite définitivement blanchie en janvier en rejetant un recours contre son acquittement.

Depuis lors, Asia Bibi était vraisemblablement gardée en résidence surveillée, les conditions de son séjour ces derniers mois n'ayant pas été explicitées par Islamabad.