DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Euronews Paris Event 2019 : la montée du populisme en Europe en question

Euronews Paris Event 2019 : la montée du populisme en Europe en question
Taille du texte Aa Aa

Ils ont fait une percée aussi fulgurante qu'inattendue dans plusieurs pays européens, ils sont maintenant prêts à s'attaquer à Bruxelles, comme jamais auparavant. Les eurosceptiques devraient réaliser un bond important aux prochaines élections du Parlement européen.

Pour certains, ils représentent une menace pour l'avenir du projet européen.Le débat s'est tenu à Paris à l'occasion de l'Euronews Paris Event.

"Pour la première fois depuis sa création, nous avons des ennemis de l'Europe, des personnes qui souhaitent détruire l'Europe, analyse le Français Pierre Moscovici, actuel Commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, à la Fiscalité et à l'Union douanière_. C'est ça le populisme. Et si les populistes s'unissent, si les pro-européens sont divisés alors nous pouvons arriver à une impasse, et ce serait alors la première étape vers la victoire des populistes, que nous pouvons appeler nationalistes ou d'extrême-droite."_

La montée du populisme a été alimentée par les préoccupations liées à l'immigration et par la colère face à l'austérité. Si les causes paraissent évidentes, les solutions le sont moins.

"Le problème avec les populistes commence au moment où on va écouter leurs prétendues recettes pour remédier à ces causes, prévient Guy Verhofstadt, ancien Premier ministre belge et actuel président du groupe Libéraux-Démocrates (ALDE) au Parlement Européen_. Et là ils font une erreur capitale, c'est de penser qu'on peut retourner dans l'histoire, que c'est un monde dans l'avenir qui sera basé sur les états nations et pas sur des grands empires comme par exemple la Chine, l'Inde et la Russie."_

Dans la tourmente actuelle, l'Union Européenne est elle moins attrayante pour les pays candidats à l'adhésion ? La présidente géorgienne, pro-européenne convaincue, Salomé Zourabichvili, n'est pas de cet avis :

"La seule chose que nous ne comprenons pas, c'est ce que fait la Grande-Bretagne, et nous serions très heureux de pouvoir prendre la place laissée par la Grande-Bretagne. Notre seule perspective de là où nous sommes et où nous nous trouvons aujourd'hui, c'est l'Europe, c'est la perspective à long-terme. La Géorgie a le sentiment qu'elle doit retourner en Europe."

Les Européens se rendront aux urnes aux quatre coins de l'Union du 23 au 26 mai prochains. Il faudra attendre le résultat des votes pour savoir à quel point l'Europe est devenue populiste.