Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La libération du "taliban américain" aux Etats-Unis "dépasse l'entendement" selon Pompeo

La libération du "taliban américain" aux Etats-Unis "dépasse l'entendement" selon Pompeo
Taille du texte Aa Aa

La libération du "taliban américain" John Walker Lindh aux Etats-Unis après 17 années de prison est "inexplicable et dépasse l'entendement", a estimé jeudi le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo.

"D'après ce que je comprends, il menace toujours les Etats-Unis d'Amérique et il croit toujours au jihad qu'il a mené et qui a tué un grand Américain et un grand officier", l'agent d'élite de la CIA Johnny Spann, a regretté le secrétaire d'Etat sur la chaîne Fox News. "Il y a quelque chose de profondément troublant et de mal là-dedans."

John Walker Lindh, libéré jeudi d'une prison de haute sécurité de l'Indiana, dans le nord des Etats-Unis, à l'âge de 38 ans, avait été capturé fin 2001 lors de l'offensive militaire américaine en Afghanistan.

Après sa capture, il avait été détenu avec d'autres talibans dans une prison près de Mazar-i-Sharif, dans le nord du pays. Le jeune homme avait alors été interrogé par Johnny Spann, qui avait été tué peu après lors d'une émeute de prisonniers, devenant le premier Américain mort dans la "guerre contre le terrorisme" lancée par George W. Bush.

Blessé lors de l'émeute, John Walker Lindh avait été renvoyé aux Etats-Unis pour y être jugé et avait été condamné à 20 ans de prison en octobre 2002.

"J'ai dirigé la CIA. Johnny Micheal Spann était l'un des nôtres, un homme incroyablement intègre et courageux", a ajouté Mike Pompeo. "Maintenant nous autorisons la sortie de prison de quelqu'un qui était impliqué dans sa mort après une peine relativement courte", a-t-il protesté, appelant à "revoir tout ça".

Cette libération a suscité l'inquiétude de plusieurs élus américains qui estiment que John Walker Lindh n'a pas renoncé à l'idéologie extrémiste qui l'a mené en Afghanistan.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.