Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Attentat au colis piégé à Lyon : quatre suspects sont en garde à vue

Attentat au colis piégé à Lyon : quatre suspects sont en garde à vue
Tous droits réservés
REUTERS / Emmanuel Foudrot
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Quatre suspects ont été arrêtés dans le cadre de l'enquête sur l'attentat au colis piégé qui a eu lieu à Lyon : la première arrestation a été annoncée ce lundi matin par le ministre français de l'Intérieur, Christophe Castaner, puis la seconde par son prédécesseur, le maire de Lyon, Gérard Collomb, qui était interviewé sur l'antenne d'une chaîne de télévision privée.

Selon le maire de la ville, le suspect principal serait un étudiant en informatique, qui a été arrêté dans le calme à la sortie d'un bus.

Une deuxième personne a été interpellée dans le cadre de l'enquête, il s'agirait d'un lycéen, membre de l'entourage du premier suspect. La mère et le père de ce dernier ont également été arrêtés, une perquisition a été ordonnée à leur domicile.

Le principal suspect interpellé dans la rue après une filature

Selon le parquet de Paris, le principal suspect, un jeune homme âgé de 24 ans, est soupçonné d'être l'auteur de l'attaque qui a fait 13 blessés légers, dont une fillette, vendredi dernier dans une rue piétonne très fréquentée de la ville, située dans le sud-est de la France. Il était filé par des policiers et a été interpellé un peu avant 10 heures ce matin dans le 7ème arrondissement de Lyon. L'individu se trouve actuellement en garde à vue, interrogé par la police.

Sur son compte Twitter, le ministre de l'Intérieur remercie la police judiciaire et les services de renseignements :

Les enquêteurs s'étaient montrés déçus ce week-end car l'ADN retrouvé sur le sac à dos qui a explosé n'avait pas "parlé", n'étant pas répertorié au Fichier national des empreintes génétiques. En revanche, une source judiciaire avait révélé que l'explosif utilisé était apparemment du TATP, le préféré des djihadistes, mais qu'il n'y en avait qu'une petite quantité. Samedi soir, la police avait diffusé sur Twitter deux nouvelles photographies d'un homme sur un vélo, mais de qualité médiocre.