Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

75e D-Day : 6 939 navires à l’horizon, les chiffres fous du Débarquement

75e D-Day : 6 939 navires à l’horizon, les chiffres fous du Débarquement
Taille du texte Aa Aa

6 939 navires de guerre engagés dans une seule opération : avec cette incroyable armada, le Débarquement des forces alliées du 6 juin 1944 en Normandie a gagné facilement la médaille de la plus grande opération navale de l’Histoire. 4 126 bateaux et barges, les Landing craft assault en terme militaire, vont participer à la phase d’assaut proprement dite qui a pris le nom codé de “Neptune”. 47 convois doivent se former pour atteindre la côte.

Ils sont notamment composés de :

- 7 cuirassés

- 20 croiseurs

- 221 destroyers, frégates et corvettes

- 495 vedettes

- 287 dragueurs de mines

- 58 chasseurs de sous-marins

- 2 sous-marins

864 navires assurent la logistique : ce sont des hôpitaux flottants ou, en bien plus grosse quantité, des bateaux qui servent à transporter des vivres et des munitions.

Des déferlantes de dizaines de milliers d’hommes

Au total tout au long du Jour J, 156 177 combattants vont être déployés. Ils appartiennent à 5 divisions d’infanterie et 3 divisions aéroportées. 133 000 sont déversés par vagues sur les cinq plages choisies par le haut commandement :

- 58 000 Américains sur Utah et Omaha

- 54 000 Britanniques sur Gold et Sword

- 21 000 Canadiens sur Juno

Le commando Kieffer, composé de 177 “bérets verts”, des fusiliers marins des Forces françaises libres, débarque également sur Sword. Il est intégré au 4ème Royal Marine Commando britannique.

Des soldats anglais débarquant sur Sword Beach

Les opérations aéroportées sont également impressionnantes. 23 000 hommes, 13 000 Américains et 10 000 Britanniques, sont parachutés sur le Calvados et la péninsule du Cotentin.

L’armée allemande totalement démunie sur la côte

Face au gigantesque déploiement des Alliés, les forces allemandes sont bien maigres. La 7ème armée compte dans ses rangs environ 150 000 hommes mais ils sont répartis sur toute la Normandie, 50 000 seulement, incorporés dans 6 divisions d’infanterie, sont stationnés dans la zone de débarquement. Près des plages, basée au sud-est de Caen, la préfecture du Calvados, la 21ème division blindée allemande se sent vraiment seule.

La force de frappe “Neptune”, elle, a transporté sur place 20 000 véhicules militaires, dont un millier de chars. Quant à la marine et à l’aviation allemandes dans le secteur normand, elles ne sont plus que l’ombre d’elles-mêmes :

- 9 torpilleurs

- 4 destroyers

- Une trentaine de sous-marins et de vedettes

Le ciel est encore plus vide : il ne reste que quelques dizaines de chasseurs et bombardiers allemands disséminés dans la région. La plupart des appareils de combat ont été envoyés sur le front russe. Aucune commune mesure, en seulement 24 heures le 6 juin 1944, 11 500 avions des Alliés ont traversé le ciel :

- 5 000 chasseurs

- 3 000 bombardiers

- 3 500 planeurs

Ci-dessous, des soldats canadiens avancent au milieu des décombres dans une rue de Caen, dans le département du Calvados, en juillet 1944

Les civils écrasés sous les bombes

La quantité de bombes lâchées fait peur : presque 12 000 tonnes en une journée. Les civils normands vont aussi payer un très lourd tribut. Au matin du 7 juin, on dénombrait déjà environ 3 000 morts parmi eux. En septembre 1944, le bilan se montait à 20 000 habitants tués et 150 000 contraints à l’exode.