Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Après la répression, les militaires au pouvoir annoncent des élections

Après la répression, les militaires au pouvoir annoncent des élections
Tous droits réservés
REUTERS/Stringer
Taille du texte Aa Aa

Après avoir été condamné par les Nations Unies et l'Union Européenne, les militaires qui gouvernent le Soudan depuis la chute du président Omar el-Béchir ont appelé à des élections dans un délai de 9 mois. Ils ont donc annulé l'ensemble des mesures prises avec le mouvement civil et pro-démocratique concernant la transition politique.

Au moins 35 personnes ont été tuées lorsque les forces de sécurité ont mis fin au sit-in des manifestants devant le QG de l'armée lundi matin après 6 mois d'occupation.

Le Comité central des médecins soudanais, qui est proche des manifestants, a déclaré que des dizaines de personnes avaient été tuées, dont un enfant de huit ans, et que le bilan allait probablement augmenter.

Dans une déclaration lue à la télévision nationale, le conseil militaire a fait savoir sa "tristesse pour l'escalade des événements", affirmant que l'opération avait visé "les fauteurs de troubles et les petits criminels", puis tôt ce matin, il a annoncé qu'il cessait toute négociation avec l'alliance pour la liberté et le changement, fer de lance de la contestation.

Les violences ont anéanti les espoirs d'une transition pacifique entre l'ALC et le conseil militaire qui dirige le Soudan depuis le renversement du président Omar el-Béchir en avril dernier.