Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Trump au Royaume-Uni : Brexit et cérémonial

Trump au Royaume-Uni : Brexit et cérémonial
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Une note de glamour pour adoucir les tensions politiques… Mardi soir, au deuxième jour de sa visite au Royaume-Uni, Donald Trump a reçu avec son épouse des membres de la famille royale ainsi que des personnalités politiques pour un dîner à l'ambassade des États-Unis. La fausse note, c'était un peu plus tôt, lors de sa conférence de presse avec Theresa May. Le président américain avait alors laissé entendre que le service de santé public britannique NHS serait inclus dans les négociations sur le futur accord de libre-échange entre Londres et Washington, avant de rétropédaler.

« Au moment où le Royaume-Uni se prépare à quitter l'Union européenne, les États-Unis s'engagent à conclure un accord de commerce phénoménal avec le Royaume-Uni, a-t-il assuré lors de cette conférence de presse. Il y a un potentiel incroyable dans cet accord de commerce. »

La Première ministre démissionnaire a, elle, reconnu quelques notes dissonantes, parmi lesquelles le nucléaire iranien ou le changement climatique.

« J'ai toujours parlé ouvertement avec toi, Donald, lorsque nous avions des approches différentes et tu as fait de même avec moi, a déclaré Theresa May. J'ai toujours cru que la coopération et le compromis étaient le fondement de solides alliances et cela est encore plus vrai dans une relation privilégiée. »

Aussi privilégiée soit cette relation entre les deux pays, le comité d'accueil anti-Trump aura donné de la voix aux abords de Downing Street. Si le président américain a décliné l'invitation du chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn, très critique envers lui, il a en revanche rencontré l'europhobe Nigel Farage, le décrivant comme un ami.