Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Acte II du quinquennat Macron-Philippe : quel programme et quels enjeux politiques ?

Acte II du quinquennat Macron-Philippe : quel programme et quels enjeux politiques ?
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

C'est un premier ministre français à l'autorité confortée qui prononcera ce mercredi après-midi sa deuxième déclaration de politique générale du quinquennat devant l'Assemblée nationale.

Edouard Philippe prendra la parole pour exposer l'ambition du gouvernement, après plus de 7 mois de crise des gilets jaunes et un scrutin européen qui a vu le rassemblement National de Marine Le Pen devancer le parti de la majorité.

Agenda chargé

Et l'agenda promet d'être chargé : baisse de 5 milliards d'impôt sur le revenu promise pour calmer les "gilets jaunes" et donner des gages, réformes annoncées de l'assurance-chômage, des retraites, des institutions ou de la dépendance...

Le gouvernement va devoir trancher pour décider quels textes doivent être discutés en priorité au Parlement français en 2019 et quels sont ceux qui devront attendre 2020.

Les arbitrages autour du projet de loi bioéthique, qui prévoit l'ouverture de la PMA aux couples de femmes, sont par exemple très attendus, tout comme de nouveaux engagements écologiques, après le bon score des Verts aux européennes.

Recomposition politique

Le premier ministre devrait recevoir sans surprise la confiance des députés français, avec un nombre de votes à peu près identique à celui qui avait suivi sa première déclaration de politique générale, au début du quinquennat.

Mais jeudi, Edouard Philippe s'exprimera aussi devant le Sénat, à majorité Les Républicains. Une déclaration qui sera suivie d'un vote.

L'occasion de constater si la débâcle des Républicains aux européennes permet de rallier la frange centriste de la droite. Le parti traverse une crise de leadership, après la démission de son président Laurent Wauquiez, en pleine recomposition du paysage politique français.

Le parti de la majorité La République en Marche et le Rassemblement National éclipsent peu à peu les partis de la droite et de la gauche, qui jusque-là, gouvernaient le pays.