Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Crise à Hong Kong: l'exécutif prêt à la désescalade, selon les médias

Des gaz lacrymogènes sont tirés par les forces de l'ordre sur des manifestants contre une loi d'extradition controversée, à Hong Kong le 12 juin 2019
Des gaz lacrymogènes sont tirés par les forces de l'ordre sur des manifestants contre une loi d'extradition controversée, à Hong Kong le 12 juin 2019 -
Tous droits réservés
ISAAC LAWRENCE
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L’exécutif de Hong Kong semble disposé à entamer une désescalade dans la crise suscitée par son impopulaire projet de loi visant à autoriser les extraditions vers la Chine, ont rapporté samedi de nombreux médias locaux.

Carrie Lam, la dirigeante de l’exécutif pro-Pékin de l’ancienne colonie britannique, est confrontée ces derniers jours à des appels à abandonner le projet, y compris venant de son propre camp.

Samedi, le quotidien South China Morning Post et les télévisions Now TV, TVB et RTHK, citant tous des sources gouvernementales, ont annoncé que l’administration projetait de reporter l’adoption par le parlement du texte controversé.

Hong Kong a connu mercredi ses pires violences politiques depuis sa rétrocession à la Chine en 1997. Des dizaines de milliers de protestataires ont été dispersés par la police anti-émeutes avec des balles en caoutchouc et du gaz lacrymogène. Un million de personnes ont manifesté dimanche dernier.

L’opposition au projet de loi réunit avocats, organisations juridiques influentes, capitaines d’industrie, chambres de commerce, journalistes, militants et diplomates occidentaux.

Selon le South China Morning Post, Mme Lam a tenu vendredi soir une réunion d’urgence avec ses conseillers, tandis que des responsables chinois se réunissaient eux aussi dans la ville voisine de Shenzhen pour tenter de trouver un moyen de sortir de l’impasse.

Mme Lam, qui a été nommée par une commission largement composée de loyalistes pro-Pékin, a jusqu‘à présent refusé d’abandonner le projet de loi sur l’extradition malgré des mois de critiques et de protestations.

Mais elle s’est trouvée vendredi devant des appels de plus en plus nombreux venant de son propre camp politique – y compris de parlementaires pro-Pékin – à céder devant la colère de la population.

“Ne devrions-nous pas calmer les citoyens ? Je crois que reporter un petit peu [le projet de loi] n’est pas une mauvaise chose. A ce moment, l’administration devrait s’examiner elle-même”, a déclaré ainsi à i-Cable News Ann Chiang, une parlementaire pro-Pékin.

Mais d’autres parlementaires fortement favorables à la Chine ont conseillé à Mme Lam de ne pas plier devant les manifestants.

“Si le gouvernement cède à la violence et aux influences extérieures, à long terme cela rendrait Hong Kong ingouvernable”, a dit à des journalistes une de ces parlementaires, Regina Ip.

Vendredi soir, des milliers de parents se sont rassemblés dans un parc au coeur du quartier commercial de Hong Kong pour condamner l’usage par la police mercredi de balles de caoutchouc et de gaz lacrymogène contre des manifestants qui sont en majorité des jeunes.

“C’est un appel à toutes les mères qui en ont assez de ce qui s’est passé l’autre jour”, a déclaré à l’AFP Y. Chan, 50 ans, mère de deux enfants.

jta/jah/plh/am

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.