DERNIERE MINUTE

24 heures du Mans : nouvelle victoire pour Fernando Alonso sur Toyota

24 heures du Mans :  nouvelle victoire pour Fernando Alonso sur Toyota
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Une nouvelle consécration pour Fernando Alonso. Le pilote espagnol et ses deux coéquipiers Kazuki Nakajima et Sébastien Buemi remportent les 24 heures du Mans, une deuxième victoire d'affilée et à la clé un titre de champions du monde des pilotes pour le trio. Une victoire sur le fil pour la Toyota n°8, une quinzaine de secondes seulement la sépare de sa rivale la n°7.

Plus de peur que de mal pour Thomas Laurent, le Français a perdu le contrôle de sa Rebellion alors qu'il venait de prendre la 3ème place de la course, une violente sortie de piste qui ne l'a pas contraint à l'abandon puisqu'il termine 5ème.

Les Toyota restent les grandes gagnantes des 24 heures du Mans. Parties en pôle, elles creusent l'écart, et mènent la course. La voiture n°7 emmené par le trio Conway, Kobayashi et Lopez est en tête mais à une heure de l'arrivée, coup de théâtre, une crevaison lui coûte la victoire. Même avec le jeu des derniers arrêts aux stands, la n°8 remporte l'épreuve avec une quinzaine de secondes d'avance au terme de 385 tours de course.

Pour le double champion du monde de F1, cette victoire et ce sacre mondial sont un bel au revoir avec le circuit de la Sarthe sur lequel il ne recourra pas la saison prochaine pour se consacrer à d'autres projets, probablement une participation au rallye-raid Paris-Dakar, même s'il ne l'a pas encore confirmé.

Il a cependant précisé qu'il ne s'agissait en aucun cas d'un adieu. "Ce n'est pas mon dernier tour au Mans. Je reviendrai dans le futur, peut-être avec une Hypercar ou autre chose", avait-il indiqué après son dernier relais au micro de la radio du circuit manceau.

Frernando Alonso a quitté la F1 à la fin de l'année dernière alors qu'il conduisait pour McLaren et avait indiqué qu'il ne courrait pas au Mans l'an prochain, se destinant à d'autres "défis". Il s'agirait notamment du rallye Dakar, ce qu'il n'a toutefois pas encore confirmé.

"J'ai eu une année 2018 très intense quand j'ai fait en même temps la F1 et le WEC et la seule raison est que je voulais devenir champion du monde d'endurance", a-t-il dit dimanche.

Son contrat maintenant rempli, il reste encore discret sur des projets d'avenir et surtout avec quel constructeur. Si Toyota semble un choix évident pour le Dakar, il pourrait revenir en endurance avec McLaren qui construit des voitures de rêve qui correspondent au profil des Hypercars.

Pour l'instant, seuls Toyota et Aston Martin ont fait savoir qu'ils seraient présents en Hypercars, Mclaren n'a pas encore pris d'engagement.

Et après l'incapacité de McLaren à lui offrir une voiture capable de le qualifier à Indianapolis, le champion espagnol y réfléchira peut-être à deux fois.

avec AFP

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.