This content is not available in your region

General Motors perd sa place de numéro un aux États-Unis : en 2021 Toyota a vendu plus de voitures

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
C'est la première fois que General Motors perd la place de numéro un dans le pays depuis 1931,
C'est la première fois que General Motors perd la place de numéro un dans le pays depuis 1931,   -   Tous droits réservés  AP

Le constructeur japonais Toyota a détrôné General Motors aux États-Unis en 2021, y vendant pour la première fois plus de voitures et pick-up que son homologue américain, plus touché par la pénurie de semi-conducteurs.

C'est la première fois que General Motors perd la place de numéro un dans le pays depuis 1931, quand le constructeur aujourd'hui dirigé par Mary Barra avait dépassé Ford, selon le site spécialisé Automotive News.

Le manque de puces électroniques, qui a forcé les groupes automobiles du monde entier à suspendre sporadiquement certaines chaînes de production ces derniers mois, a fait lourdement reculer leurs ventes au quatrième trimestre, de 28% pour Toyota et de 43% pour GM, détaillent les groupes dans des communiqués séparés mardi.

Mais sur l'ensemble de l'année, Toyota a vu ses ventes augmenter de 10%, à 2,3 millions d'unités, quand General Motors a vu les siennes reculer de 13%, à 2,2 millions d'unités.

Les ventes de Stellantis, la maison mère de Chrysler, Dodge, Jeep, Ram, Fiat et Alfa Romeo, ont de leur côté reculé de 18% au quatrième trimestre, et de 2% sur l'ensemble de l'année à 1,8 million d'unités.

La pénurie mondiale de semi-conducteurs

La demande de la part des automobilistes américains n'a pas faibli au cours de l'année. Mais les constructeurs n'avaient tout simplement pas assez de puces, des éléments devenus indispensables dans des véhicules désormais truffés d'électroniques, pour y répondre.

Reste que le constructeur nippon, redevenu numéro un mondial de l'automobile en 2020 devant Volkswagen, est parvenu à mieux gérer la pénurie de semi-conducteurs que d'autres constructeurs sur la première partie de l'année, grâce notamment à sa profonde connaissance de ses chaînes d'approvisionnement.

Les ventes totales de véhicules aux États-Unis devraient s'élever à 14,9 millions en 2021, en hausse d'environ 2,5% par rapport à l'année précédente, prévoit le cabinet Cox Automotive.

Pour la suite, les constructeurs misent à court terme sur une plus grande disponibilité de semi-conducteurs ainsi que sur la solidité de l'économie.