Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

US Open: Woodland, le costaud, sacré tout en finesse

L'Américain Gary Woodland, vainqueur de l'US Open, à Pebble Beach (Californie) le 16 juin 2019
L'Américain Gary Woodland, vainqueur de l'US Open, à Pebble Beach (Californie) le 16 juin 2019 -
Tous droits réservés
Warren Little
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L’Américain Gary Woodland, considéré comme l’un des plus gros “cogneurs” du circuit professionnel de golf, a remporté dimanche son premier titre du Grand Chelem en s’adjugeant l’US Open grâce à son sang-froid et à des approches d’une diabolique précision.

Il a passé tout le 4e tour avec sur ses talons le N.1 mondial Brooks Koepka et le N.4 mondial Justin Rose.

Mais ni le premier, pourtant vainqueur des deux dernières éditions de l’US Open, ni le second, sacré en 2013, n’ont réussi à lui faire perdre le fil.

Koepka, qui a remporté le mois dernier le Championnat PGA, son quatrième titre en huit tournois majeurs, a pourtant débuté le quatrième tour avec quatre birdies sur les cinq premiers trous.

Il est même revenu à un coup de Woodland, à trois reprises, mais il ne l’a pas fait douter.

“Je me suis jamais dit que j’allais gagner ce tournoi, même quand j‘étais sur le green du dernier trou, mais j‘étais venu pour le gagner”, a-t-il avancé, pour expliquer sa sérénité.

Un coup, réussi sur le trou N.17, un par 3, résume l’incroyable semaine de Woodland qui a pris les commandes lors du 2e tour vendredi.

Après un “tee-shot”, ou premier coup, inhabituellement trop court, le 25e mondial se retrouve en fâcheuse posture. Il est en bordure du green, très excentré et loin du drapeau.

- Au début le basket /p>

Au même moment, sur le trou N.18, Koepka qui accuse alors deux coups de retard, peut réussir un birdie et réduire son retard à un coup, voire à néant s’il rentre son putt et si Woodland boucle le 17 avec un bogey.

Mais le leader ne craque pas: il réussit une approche parfaite et sauve le par, tandis que Koepka rate de très peu le putt pour le birdie.

Woodland a fini sa journée en beauté avec un long putt de 15 m sur le 18e et dernier trou qui lui a offert à 35 ans le quatrième titre de sa carrière, de loin le plus important.

“C’est vraiment spécial de gagner ce tournoi, surtout ici à Pebble Beach”, a-t-il avoué, après avoir signé sa dernière carte de 69 (-2) pour un total de 271 (-13), soit trois coups de mieux que Koepka (274, -10).

Woodland, dont le meilleur résultat dans un tournoi du Grand Chelem était jusque là sa 6e place dans le Championnat PGA 2018, a fini sa semaine avec seulement quatre bogeys, record de l‘épreuve égalé.

A l’origine, il n‘était pas destiné à faire carrière dans le golf, qu’il pratiquait comme loisir, mais dans le basket, comme meneur à l’adresse déroutante à trois points. Mais il n’a été recruté que par une université du Kansas qui évoluait dans la 2e division du Championnat universitaire (NCAA) et ses entraîneurs lui ont vite fait comprendre qu’il était trop petit, trop lent et trop fluet.

Woods 20e –

Difficile à croire, car Woodland est désormais l’une des armoires à glace du circuit, qui propulse allégremment ses “drives” à plus de 250 m.

Son parcours jusqu’au sommet a été freiné en 2017 par une tragédie personnelle: sa femme, enceinte de jumeaux, a perdu l’un des enfants pendant sa grossesse. Le second, Jackson, est né grand prématuré, mais a survécu.

Jackson n‘était pas au bord du parcours en cette fête des pères, mais aux côtés de sa maman, enceinte cette fois de jumelles.

Koepka a salué la victoire de Woodland: “J’ai bien joué, je ne pouvais pas mieux faire. Gary a tout simplement mieux joué pendant quatre jours, il mérite ce titre”.

L’Américain Tiger Woods s’est classé 20e (282, -2). Il n’a jamais été dans le coup pour ajouter un 16e titre du Grand Chelem à son palmarès, mais le “Tigre”, 43 ans, a fini sa semaine avec une carte de 69 (-2), sa meilleure à l’US Open depuis dix ans.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.