Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

The Brief from Brussels : vers une nouvelle dynamique UE-Afrique ?

Les journées européennes du développement
Les journées européennes du développement -
Tous droits réservés
Commission européenne
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Dans le cadre d’un évènement international à Bruxelles rythmé par différentes conférences, quelques notes de musique et des pas de danse attirent immédiatement l’attention. C’est ainsi que Sandra Ajaja interpelle les participants des Journées européennes du développement sur la question des inégalités entre hommes et femmes sur le continent africain. Elle a fondé l'organisation Fempower Africa pour venir en aide aux femmes qui souhaitent se lancer dans l'innovation et la technologie. Elle dénonce les disparités alors que "la majorité des entrepreneurs sur le continent sont des femmes", insiste Sandra Ajaja.

Homme d'affaires reconnu, Tony Elumelu veut de son côté convaincre les Européens qu'investir sur le continent ne représente plus un risque. "Beaucoup de chose ont changé sur le continent", insiste l’économiste, "c'est une autre Afrique", dynamique et pleine d’opportunités.

Le président de la Commission européenne a fait de la coopération avec l'Afrique l'un des points importants lors de son discours sur l'état de l'Union. Jean-Claude Juncker avait annoncé un plan afin de créer 10 millions d'emplois sur le continent. Toutefois les investissements européens sont inférieurs à ceux engagés par la Chine. Les autorités chinoises ont promis l'année dernière 60 milliards de dollars d'aide financière et ont assuré vouloir annuler la dette des pays africains les plus pauvres.

Si les journées européennes du développement représentent une plateforme pour discuter directement de projets en Afrique, l'UE sait qu'elle va devoir renforcer ses investissements directs si elle veut rivaliser avec Pékin.