Conflit Israël-Palestine : le plan à 50 milliards de dollars de Jared Kushner

Conflit Israël-Palestine : le plan à 50 milliards de dollars de Jared Kushner
Par Guillaume Petit
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le gendre et conseiller du président américain, par ailleurs proche du premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, a évoqué 50 milliards de dollars d'investissement, à l'ouverture d'une conférence à Bahreïn. Un rendez-vous boycotté par les Palestiniens.

C'est selon lui "l'occasion du siècle", rien de moins. Le conseiller du président Donald Trump, Jared Kushner, a exhorté mardi les Palestiniens à se saisir du plan de règlement au Proche-Orient proposé par Washington, qui serait un préalable à un accord de paix.

PUBLICITÉ

Le gendre du président américain, par ailleurs proche du premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a évoqué 50 milliards de dollars d'investissement, à l'ouverture d'une conférence à Bahreïn organisée pour attirer des donateurs du monde entier.

Ce plan financerait de grands travaux et le développement du tourisme, permettant ainsi la création d'un million d'emplois .

"Notre vision, c'est de dire que cette prospérité économique est possible par la paix. Demain nous parlerons du droit de la propriété, une composante essentielle pour obtenir des crédits, pour investir et développer un meilleur environnement pour le business".

Jared Kushner, conseiller de Donald Trump

En clair, investissez. Et la politique suivra. Des questions politiques qui ne seront pourtant pas spécifiquement étudiées lors de ce cette conférence de deux jours. 

Mais le rendez-vous peut-il obtenir résultats sans les principaux intéressés ? Les Palestiniens ont boycotté la conférence. Ils estiment que Donald Trump, pro-isréalien. tente simplement de les acheter.

"Le deal du siècle", comme ils l'appellent, a en réalité trois buts : d'abord, en finir avec la cause palestinienne, ensuite donner le feu vert à l'ennemi sioniste pour étendre son occupation, et enfin, ouvrir la porte à une normalisation des relations entre les pays arabes et cet occupant".

Ismaël Haniyeh, leader du Hamas

En réaction à la conférence de Bahreïn, des milliers de Palestiniens ont manifesté mardi en Cisjordanie occupée.

L'Autorité Palestinienne souhaite avant tout une solution à deux Etats, mais l'administration américaine a récemment laissé entendre qu'elle pourrait accepter l'annexion de certains territoires palestiniens occupés. Une idée que le premier ministre Benyamin Netanyahou évoque depuis plusieurs mois.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une difficile solution à deux Etats

Israël bouleversé par le meurtre d'un de ses soldats

Gaza : la famine s'installe dans le nord de l'enclave, selon USAID