Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Il y a cent ans, le Traité de Versailles : une grande erreur ?

Il y a cent ans, le Traité de Versailles : une grande erreur ?
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Il y a un siècle était signé le Traité de Versailles, censé établir la paix entre l'Allemagne et les Alliés après la fin de la Première Guerre Mondiale. Plus de six mois après l'abdication de l'empereur allemand Guillaume II et la signature de l'armistice, c'est dans la galerie des Glaces du palais royal que se retrouvèrent après de longues négociations Georges Clémenceau, Premier ministre français, David Lloyd George, britannique, Woodrow Wilson, président américain, pour signer un traité qui marqua aussi la création de la Société des Nations, ancêtre de l'ONU.

View this post on Instagram

Aujourd’hui, on ravive un #SouvenirdeVersailles ! Mais que font ces soldats américains dans la cour de marbre du @chateauversailles le 21 mars 1919 ? A l’issue de la Première Guerre mondiale, les négociations pour déterminer les conditions de la paix s’ouvrent en janvier 1919 avec les différentes parties engagées dans le conflit dont l’Allemagne et les Alliés. A partir de 1917, les Etats-Unis entrent dans le conflit et apportent un soutien militaire, logistique et technique qui sera décisif dans la victoire finale des alliés. Le 11 novembre 1918, à la date de l’armistice, près de 2 millions de soldats américains sont présents en France, et près de 2 millions de soldats américains supplémentaires étaient attendus par les généraux. Lorsque les négociations s’ouvrent pour la paix en janvier 1919, les américains sont donc en position de force et de nombreux soldats sont encore présents sur le territoire. Le Château de Versailles jouera symboliquement un rôle important dans ces négociations car c’est dans la magnifique Galerie des Glaces que le Traité de paix, le Traité de Versailles, sera signé le 28 juin 1919 et imposera de lourdes sanctions aux vaincus. C’est dans cette même galerie qu’avait été proclamé l’Empire Allemand après la défaite de 1871, ce nouveau Traité acte donc la revanche tant attendue par les Français. --- Today, it’s a #VersaillesSouvenir ! What did these american soldiers do in the Cour de Marbre of the @chateauversailles on 1919, 21st March? After the First World War, the negotiations between the differents actors of the conflict opened in January 1919 to determine the peace conditions. From 1917, the United-States declared war against Germany and its allies and provided a decisive support to the Allies. On November 11th 1918, the Armistice day, almost 2 million american soldiers were in France, and almost 2 million more were expected. When the peace negotiations opened on January 1919, the americans were in a strong position and many soldiers were still in France. The Château de Versailles played a symbolic role during the negotiations because the peace treaty was signed in the wonderful Galerie des Glaces on 28th June, 1919.

A post shared by Histoire De Rue (@histoire_de_rue) on

Dans les jardins du château, des milliers de personnes sont venues assister à l'évènement historique.

La grande absente à Versailles, c'est l'Allemagne, dont aucune délégation n'est présente... Le traité désigne le pays vaincu comme unique responsable de la grande guerre, le prive de 13 % de son territoire, lui interdit de se reconstituer une armée, et lui impose une somme astronomique, 269 milliards de marks-or, à rembourser aux alliés. Cette dette, l'Allemagne n'a fini de la payer qu'en 2010.

C'est donc avec beaucoup de panache que le traité de Versailles proclama, ce 28 juin 1919, la victoire des Alliés, mais c'est avec une sévérité sûrement trop grande qu'il condamna l'Allemagne. C'est une nation toute entière qui fut humiliée, et les graines d'une grande revanche, désormais, étaient plantées.