Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

La capitaine du Sea-Watch 3 "inquiète" pour les migrants

La capitaine du Sea-Watch 3 "inquiète" pour les migrants
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Notre correspondante Giorgia Orlandi est montée à bord du Sea-Watch 3. Elle est allée à la rencontre de la capitaine du navire humanitaire mais aussi des réfugiés qui attendent d’être emmenés en lieux sûrs alors que le bras de fer avec Rome continue. Alors que le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, s'oppose toujours fermement à tout débarquement des migrants, la capitaine a une nouvelle fois lancé un appel à l’aide.

"Je suis inquiète pour les personnes qui sont sur le pont. Lorsque vous menez des actions de sauvetage et que vous faites monter des personnes à bord, notamment des mineurs, vous en avez la responsabilité. Et il y a trois mineurs ici, dont un qui a seulement 12 ans. Ils ont besoin d’un lieu sûr. Je pense qu’il y aura peut-être une enquête, mais je m'attends aussi à ce que la justice italienne comprenne la situation, qu’elle valorise la vie humaine, le droit maritime. J’espère qu’il n’y aura ni condamnation, ni procès", a dit Carola Rackete.

Le Sea-Watch 3 a tenté ce jeudi de rentrer dans le port de l'île italienne de Lampedusa, avant qu'une navette de la police ne l'oblige à faire demi-tour, emportant avec elle un nouvel espoir pour ces migrants dont le seul rêve est de rejoindre l'Europe.

"Je dois aller en Europe parce que, dans mon pays, la situation est difficile. Le Cameroun traverse une crise politique et même pour aller en Libye ça n’a pas été facile... alors vivre là-bas n’est pas sécurisant", explique l'un d'entre eux.

Giorgia Orlandi, euronews :

"La capitaine du Sea-Watch 3 et son équipe à bord sont prêts à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour mettre ces réfugiés en sécurité. Ces personnes ont été sauvées le 12 juin dernier sur la côte libyenne. Leurs conditions de vie ici sont très difficiles. Le capitaine a également déclaré ne pas craindre les conséquences possibles de la part des autorités italiennes. Elle a répété qu’il n’était pas possible de jouer avec la vie des gens ".