Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Une tête de Toutankhamon aux enchères à Londres, l'Egypte crie au vol !

Une tête de Toutankhamon aux enchères à Londres, l'Egypte crie au vol !
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L'Egypte est furieuse et le fait savoir haut et fort. Ses autorités estiment que la magnifique tête sculptée du célèbre pharaon Toutankhamon, qui doit être vendue aux enchères cet après-midi à Londres, n'a rien à faire en Angleterre. Elle a été volée, affirment les experts du Caire, et elle doit être restituée au pays sans conditions.

L'oeuvre est très précieuse, elle remonte à la période amarnienne de l'Egypte ancienne, autrement dit à plus de 3 000 ans en arrière. Réalisée en quartzite brun, mesurant 28,5 centimètres de haut, elle représente "l'enfant pharaon" qui avait accédé au trône dès l'âge de neuf ans.

La maison Christie's tient tête aux Egyptiens

L'ambassade d'Egypte au Royaume-Uni déplore que la prestigieuse maison Christie's veuille absolument vendre aux enchères "des artéfacts égyptiens, dont la tête de Toutankhamon, sans s'assurer d'avoir des papiers", autrement dit les certificats d'acquisition des oeuvres qui sont nécessaires, à priori, pour effectuer ce genre de vente.

Christie's répond qu'elle a fait faire "des contrôles approfondis afin de vérifier la provenance et le statut légal de l'objet". La maison d'enchères souligne que la sculpture de la tête de Toutankhamon n'a jamais fait l'objet d'une enquête; "aucune préoccupation n'a jamais été soulevée à son sujet, poursuit-elle, bien que son existence soit largement connue". L'air de rien, l'oeuvre pourrait se vendre pour environ 4 millions de livres sterling, cela équivaut à 4,5 millions d'euros.

Peut-être volée au temple de Karnak

Un archéologue égyptien éminemment reconnu, également ancien ministre des Antiquités, Zahi Hawass, témoigne que la sculpture "a quitté l'Egypte dans les années 1970 parce qu'à cette époque, d'autres objets anciens de même nature ont été volés au temple de Karnak", situé dans la ville de Louxor. Selon lui, ses propriétaires "ont fourni de fausses informations".