EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Une pièce majeure de l'histoire de la Révolution française vendue aux enchères

La lettre de Charlotte Corday vendue aux enchères.
La lettre de Charlotte Corday vendue aux enchères. Tous droits réservés AFP TV
Tous droits réservés AFP TV
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La lettre de Charlotte Corday, rédigée avant l'assassinat du révolutionnaire Jean-Paul Marat, le 13 juillet 1793, a été vendue aux enchères.

PUBLICITÉ

Une lettre trouvée sur Charlotte Corday juste après l'assassinat du révolutionnaire Jean-Paul Marat, expliquant son geste, a été vendue 215 000 euros (270 900 avec les frais) à Versailles, a indiqué dimanche la maison de vente Osenat.

Ce lot, qui était estimé entre 80 000 et 100 000 euros, est vendu "sous réserve d'obtention d'une décision définitive concernant le statut de ce manuscrit. En attendant, le document reste sous séquestre dans le coffre de notre étude", précise Osenat.

Ce document de trois pages, intitulé "Adresse aux Français amis des loix et de la paix", est présenté par la maison de vente comme "le testament politique qu'elle écrivit la veille de son acte meurtrier".

"Acquis par la Direction du patrimoine et de la culture de Normandie", il rejoindra "le siège de la région Normandie dans l'ancienne Abbaye aux Dames dans la ville de Caen", détaille encore Osenat.

Cet assassinat, le 13 juillet 1793, est resté dans les mémoires, grâce notamment au tableau de David. Charlotte Corday, originaire de Normandie, n'avait que 24 ans lorsqu'elle perpétra ce meurtre, pour lequel elle fut guillotinée.

Ce document a été trouvé sur elle lors de sa fouille à son arrivée en prison. La jeune femme y déplore le dévoiement des idéaux révolutionnaires auxquels elle avait adhéré et la brutalité du pouvoir.

Marat en est pour elle un symbole, qu'elle qualifie de "plus vil des scélérats, (...) dont le nom seul présente l'image de tous les crimes".

Cette lettre, soustraite au dossier d'accusation contre Charlotte Corday, est passée entre les mains de divers collectionneurs privés depuis le début du XIXe siècle.

Le président de la région Normandie Hervé Morin, son homologue du département du Calvados Jean-Léonce Dupont et le maire de Caen Joël Bruneau, se sont félicités de leur acquisition.

"Cette Normande originaire de Caen, haut lieu du Girondisme sous la Révolution Française, avait débarqué à Paris en juillet 1793 dans l'optique d'assassiner Marat", rappellent les trois dirigeants normands dans un communiqué commun.

"230 ans plus tard, cette pièce majeure de l'histoire de la Révolution et de la lutte contre la Terreur va retrouver sa terre d'origine, la Normandie", concluent-ils.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ridley Scott, réalisateur de "Napoléon" : "les Français ne s'aiment pas eux-mêmes"

Gérard Depardieu vend aux enchères 250 œuvres d’art de sa collection pour Drouot

Une Ferrari pilotée par Michael Schumacher aux enchères