Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

L'UE au chevet de l'Ukraine

L'UE au chevet de l'Ukraine
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Bruxelles était au chevet de Kiev. Jean-Claude Juncker et Donald Tusk se sont rendus dans la capitale ukrainienne, ce lundi.

Lors ce sommet, les présidents de la Commission européenne et du conseil ont rencontré le chef de l'Etat Volodimir Zelensky. Ils lui réaffirmé le soutien de l'Union et comptent renforcer l'aide octroyée au pays, toujours rongé à l'est par le conflit avec les forces pro-russes.

"Aujourd'hui, nous avons parlé des réalisations de ces dernières années", a indiqué le président ukrainien Volodymyr Zelensky, " mais aussi du régime d'exemption de visa, de la décentralisation et de la transparence des marchés publics. Cependant, je crois que du côté ukrainien, ce n'était qu'un début. Les changements les plus importants et les plus difficiles auxquels les Ukrainiens aspirent sont encore à venir. Et l'essentiel, c'est de lutter contre la corruption".

Les représentants de l'Union ne comptent pas infléchir leurs positions vis-à-vis de Moscou.

"Nous ne reconnaissons pas et ne reconnaîtrons pas l'annexion illégale de la Crimée et de Sébastopol par la Russie", a déclaré Donald Tusk, le président du Conseil européen. "Il y a quelques jours à peine, l'UE a prorogé de six mois et à l'unanimité les sanctions économiques à l'encontre de la Russie. Ces sanctions resteront en vigueur jusqu'à ce que les accords de Minsk soient pleinement appliqués.

En amont de ces rencontres, le président de la commission Jean-Claude Juncker et celui du conseil Donald Tusk se sont rendus à Louhansk, à l'est de l'Ukraine, ce dimanche. Au cours de ces cinq dernières années, le conflit avec les séparatistes pro-russes a fait près de 13 000 morts et plus d'un million et demi de déplacés.