Russie : l'UE impose de nouvelle sanctions après la mort de Navalny

Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell
Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell Tous droits réservés Jean-Christophe Verhaegen/AP
Tous droits réservés Jean-Christophe Verhaegen/AP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Les pays de l'UE se sont mis d'accord lundi pour imposer des sanctions à 30 responsables russes à la suite de la mort d'Alexeï Navalny, le mois dernier.

PUBLICITÉ

"Nous nous sommes mis d'accord sur des sanctions à l'encontre des responsables de l'assassinat d'Alexeï Navalny", a déclaré Josep Borrell, à l'issue d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE. 

Alexeï Navalny, l'une des figures de l'opposition russe, est décédé en février dans une prison de l'Arctique où il était détenu dans des conditions difficiles.

Selon les autorités russes, il s'est effondré lors d'une promenade, mais les circonstances exactes de sa mort n'ont pas encore été déterminées.

Pour l'Union européenne, ce sont Vladimir Poutine et son entourage qui sont responsables.

Les sanctions de l'Union européenne concernent des interdictions de voyager et le gel des avoirs de 30 individus et entités, représentants du monde judiciaire et de l'administration pénitentiaire.

Les noms des personnes sanctionnées devraient être publiés dans les prochains jours au Journal officiel de l'UE.

Les proches de l’opposant ont cependant déclaré que le ciblage limité d'un petit nombre de fonctionnaires pénitentiaires était purement symbolique et n'aurait aucun impact sur le Kremlin. 

Ces nouvelles sanctions interviennent au lendemain de la réélection de Vladimir Poutine pour un nouveau mandat de six ans, à l'issue d'élections dénoncées par plusieurs pays occidentaux.

Lors de cette réunion, les ministres européens se sont également mis d'accord sur une nouvelle tranche d'aide militaire de 5 milliards d'euros pour l'Ukraine.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Suspects arrêtés en Pologne après l'agression d'un opposant russe en Lituanie

Géorgie : 20 000 personnes contre la "loi russe"

Législatives croates : les conservateurs pro-européens en tête