DERNIERE MINUTE

Nucléaire iranien : les diplomates tentent d'apaiser les tensions

Nucléaire iranien : les diplomates tentent d'apaiser les tensions
Tous droits réservés
REUTERS/Lisi Niesner
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le conseiller diplomatique d'Emmanuel Macron a rencontré mercredi le président iranien Hassan Rohani à l'issue d'une journée de discussions à Téhéran pour tenter de préserver l'accord sur le nucléaire iranien et d'apaiser les tensions entre l'Iran et Washington.

Mais comme pour compliquer la mission du Français Emmanuel Bonne, le président américain Donald Trump a accusé l'Iran d'enrichir de l'uranium "depuis longtemps en secret" et a promis sur Twitter que les sanctions de son pays contre Téhéran allaient "bientôt être durcies, considérablement".

Fragilisé depuis que Washington l'a dénoncé unilatéralement en mai 2018, l'accord sur le nucléaire iranien est encore davantage menacé par les annonces de Téhéran, qui, en riposte au retrait américain, a commencé à s'affranchir progressivement de certains de ses engagements.

Conséquence, les réserves d'uranium enrichi iraniennes ont dépassé au début du mois la limite imposée par l'accord de Vienne conclu en 2015 (300 kg).

"Aucune négociation n'est possible sous la pression", a déclaré de son côté le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif avant sa rencontre avec M. Bonne, exhortant "les Européens" à "résoudre (le) problème" causé par la sortie des Etats-Unis de l'accord.

L'Iran exclut par ailleurs catégoriquement de renégocier l'accord comme le souhaite M. Trump, et dit refuser le moindre contact avec les Etats-Unis tant que ceux-ci n'ont pas annulé les sanctions imposées depuis août 2018.

A Téhéran, M. Bonne a remis un message écrit du président français à son homologue iranien, a indiqué le bureau de M. Rohani.

"Porte ouverte à la diplomatie"

Lors de la rencontre, M. Rohani a déclaré que l'Iran avait "toujours laissé la porte ouverte à la diplomatie et au dialogue", que l'objectif restait "la mise en œuvre intégrale" de l'accord, a ajouté la présidence iranienne.

De même source, le président iranien a ajouté que l'Iran attendait des autres parties qu'elles "appliquent totalement leurs engagements".

Avant de voir M. Rohani, M. Bonne avait rencontré le contre-amiral Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, ainsi que le ministre des Affaires étrangères M. Zarif et son adjoint Abbas Araghchi.

Sa mission est "d'essayer d'ouvrir l'espace de discussion pour éviter une escalade non contrôlée, voire même un accident", avait indiqué mardi le ministre des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian, alors que l'exacerbation des tensions entre Téhéran et Washington fait craindre un embrasement dans la région du Golfe.

"Dépassements légers"

L'Iran a annoncé lundi produire de l'uranium enrichi à au moins 4,5%, soit au-delà du maximum autorisé par l'accord (3,67%) et a menacé de prendre de nouvelles mesures dans "60 jours" si ses demandes ne sont toujours pas satisfaites.

A 4,5%, le taux d'enrichissement est encore loin des 90% qui permettraient d'envisager la production d'une bombe atomique.

Mais compte tenu des suspicions passées de la communauté internationale sur le programme nucléaire iranien, les dernières annonces de Téhéran suscitent l'inquiétude à l'étranger, même si l'Iran, qui a toujours démenti vouloir la bombe atomique, s'est engagé à ne jamais chercher à acquérir cette arme.

Dans un communiqué commun, Berlin, Londres, Paris et l'Union européenne ont relevé mardi la volonté iranienne de "rester dans le cadre" de l'accord de Vienne. Mais les Européens ont appelé l'Iran à "agir en conséquence en revenant sur ces activités et en se conformant de nouveau pleinement et sans délai" aux termes de l'accord.

M. Le Drian a néanmoins qualifié de "dépassements légers" les manquements de l'Iran à ses engagements. "Ce ne sont pas des dépassements de rupture", a-t-il dit.

A la demande des Etats-Unis, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) devait tenir une réunion extraordinaire mercredi à Vienne pour faire le point sur les manquements de l'Iran à se engagements.

En sortant de l'accord de Vienne, Washington a rétabli des sanctions punitives qui ont plongé l'Iran dans une violente récession et lui ont fait perdre un par un les acheteurs de son pétrole.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.