Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Italie : saisie d'un arsenal de guerre dans le milieu d'extrême droite

Italie : saisie d'un arsenal de guerre dans le milieu d'extrême droite
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Une enquête dirigée contre les groupuscules d'ultra droite en Italie a permis à la police italienne de mettre la main ce lundi 15 sur un arsenal conséquent détenu par des militants néo-fascistes. Des fusils d'assaut et même un missile air-air ont été saisis.

Des armes de poing de différents calibres, une vingtaine fusils d'assaut, des pistolets mitrailleurs et même un missile air-air… C'est sur un arsenal considérable que sont tombés ce lundi matin les policiers italiens spécialisés dans la lutte contre le terrorisme (Digos) au cours d'une vague de perquisitions à Turin et dans d'autres villes du nord de l'Italie. Cette opération de grande ampleur visait des groupes d'extrême droite radicaux aux accents néo-fascistes et néo-nazis. Plusieurs individus appartenant à cette mouvance ont aussi été interpellés.

Parmi les personnes arrêtées on trouve Fabio Del Bergiolo, 50 ans. Il est présenté par la presse transalpine comme un ancien inspecteur des douanes qui a été candidat aux élections sénatoriales en 2001 sous la bannière de la formation néo-fasciste Forza Nueva.

Parmi les armes découvertes par les hommes du Digos figurent des Steyr Aug, le fusil d'assaut de dotation de l'armée autrichienne, ainsi qu'un missile air-air Matra-Super 530 (de fabrication française) utilisé notamment par l'armée qatari selon La Repubblica. Selon les enquêteurs, il était inactif au moment de sa découverte mais aurait pu être armé. Des munitions de tout calibre et des armes blanches ont été découvertes en nombre.

Une vaste collection d'objets à l'iconographie nazie a également été saisie par les forces de l'ordre.

Fin mai, une banderole appelant à "l'union des groupes fascistes" avait été découverte sur un viaduc près de la capitale piémontaise.

Le 20 juin, une série de perquisition au siège de la branche turinois Forza Nuovo et au local du groupe d'extrême droite Rebel firm à Ivrée avait permis aux enquêteurs de mettre la main sur des armes blanches, des battes de baseball portant l'inscription "Dux Mussolini" ("Duce Mussolini" en latin) et des boucliers en plexiglas similaires à ceux qu'utilisent les forces de l'ordre ornés de symbole fascistes. Des livres sur l'Allemagne nazie, un buste du Duce, des bannières à croix gammée et des croix celtiques, des panneaux représentant Benito Mussolini ont également été saisis.

Luigi Cortese, leader de Forza Nuova pour la région de Turin, avait été interpellé et mise en examen pour "apologie du fascisme", interdit par la loi depuis 1952. Le parti néo-fasciste avait alors dénoncé des perquisitions "grotesques et pathétiques", ironisant sur une police cherchant "des armes de destructions massives très dangereuses".

Une autre série de perquisitions avait eu lieu le 9 juillet dernier aux domiciles de plusieurs militants d'ultra-droite, appartenant notamment à la Legio Subalpina, un groupuscule violent aux origines milanaises qui s'est récemment implanté à Turin. Son leader, Fabio Carlo D'Allio, déjà connu des services de police pour des faits de "violences", "port d'arme illégal" et "apologie du fascisme" avait été interpellé au cours de l'opération puis incarcéré. Des munitions avaient été découvertes à son domicile au cours du coup de filet.

Dans les maisons perquisitionnées d'autres membres de la Legio Subalpina, des armes blanches et des répliques de fusils d'assaut de type airsoft ont été retrouvées. Les forces de l'ordre ont également trouvé des vêtements, des autocollants et des banderoles faisant référence aux groupes de supporters ultra de la Juventus de Turin, Drughi Giovinezza et Tradizione Antichi Valori, proches de l'extrême droite radicale.

Drughi Giovinezza a par ailleurs déployé une banderole de soutien à Fabio Carlo D'Allio le lendemain de son arrestation. Mario Borghezio, ancien député européen de la Ligue du Nord (la formation politique de Matteo Salvini), avait également soutenu le jeune homme.

Les enquêteurs ont également découvert des liens entre la Legio Subalpina et Rebel firm avec la branche italienne de Génération identitaire et du groupuscule anglo-saxon Combat 18 (pour "Adolf Hitler") selon l'agence de presse italienne Ansa.

La perquisition de ce lundi s'inscrit dans la continuité de l'enquête dirigée par le procureur Carlo Ambra.

L'enquête de la police italienne a débuté il y a plus d'un an selon le procureur Carlo Ambra, en charge des investigations sur une galaxie de groupe d'extrême droite radicale de la région de Turin qui gravitent notamment avec certains supporters ultra de la Juventus de Turin. Elle s'est brusquement accélérée depuis trois mois selon le magistrat.