Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Ursula von der Leyen attendue au tournant par les eurodéputés

Ursula von der Leyen attendue au tournant par les eurodéputés
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Après deux semaines d'incertitude, ce fut un moment de joie et de soulagement pour Ursula von der Leyen. Son élection par le parlement européen fait d'elle la première femme à prendre la tête de la commission européenne. L'allemande de 60 ans a été élue par 383 voix, 9 voix de plus que la majorité requise. Qu'en penses les eurodéputés ?

Entre satisfaction et interrogations, les élus européens attendent maintenant qu'elle relève les défis de cette fonction.

Tiziana Beghin, députée italienne du Mouvement 5 étoiles :

"Je suis un peu surprise parce qu'elle ne l'a pas emporté de beaucoup, on peut souligner que cette présidence commence d'une manière très bizarre. Mais qu'importe, elle a eu l'assentiment du parlement, elle est la nouvelle présidente et personnellement, j'en suis très heureuse."

Andrius Kubilius, député lituanien, ancien premier ministre chrétien-démocrate :

"Je ne sais pas si elle peut fournir des propositions très concrètes. Cela dépendra aussi beaucoup du Parlement européen et de la coalition pro-européenne qui la soutiendra dans l'agenda politique."

Margrethe Vestager, commissaire danoise à la concurrence, ancienne Spitzenkandidat sociale-libérale :

"Quand je regarde tout ce que nous avons à faire, c'est très difficile de faire un choix , non pas que je puisse choisir toute seule, mais je pense que nous aurons beaucoup de choses intéressantes à faire sur le fond."

Il y a donc deux semaines encore, Ursula Von der Leyen était peu connue par le milieu bruxellois. Imposée par les Etats-membres, elle aura finalement réussi à éclipser tous les Spitzenkandidats en obtenant la majorité des voix, mais ce n'est pas un blanc-seing :

Dacian Ciolos, député roumain, président du groupe centriste-libéral Renew Europe (dont font partie les macronistes) au parlement :

"Ce vote n'est pas gratuit. Nous avons discuté à plusieurs reprises avec elle. Nous avons posé certaines conditions. Et nous serons très attentifs à la mise en oeuvre des objectifs."

Katalin Cseh, députée hongroise sociale-libérale :

"Elle ne peut pas tenir le parlement pour acquis. nous attendons des actes, pas seulement des paroles de sa part. Je pense que, désormais, elle s'en rend compte."

Mardi matin, Ursula von der Leyen avait tout fait pour convaincre les plus récalcitrants des eurodéputés, se prêtant aux questions des chefs de groupe pendant 3 heures...

Interrogée sur sa très courte victoire, lors d'une brève conférence de presse, Ursula von der Leyen a laconiquement déclaré : "Dans la démocratie, la majorité c'est la majorité".